A

Adapta : le nouveau concept d’upcycling des cuirs de luxe !

Que vous soyez créateur à la recherche de cuir de qualité ou fournisseur désireux de déstocker, Adapta est la solution écolo ! Grâce à son expertise des matières, Adapta sélectionne les cuirs les plus nobles parmi les stocks des fournisseurs du luxe et en assure leur traçabilité. Plutôt qu’être détruites, les matières haut de gamme sont ré-utilisées et vendues à faible coût. Découverte de ce nouveau concept écologique et économique avec sa fondatrice Virginie…

Comment décrirais-tu le concept d’Adapta ?

C’est un service d’approvisionnement en cuir de qualité et innovant, alternatif à ce qu’on peut trouver actuellement dans le monde de la mode, adressé aux créateurs de mode, de déco et lifestyle. Adapta prône l’éco conception, c’est-à-dire créer à partir de la matière déjà produite, pour éviter la surproduction et le gaspillage des matières.

Dans quel contexte as-tu été sensibilisée au gâchis des matières ?

J’ai travaillé pendant 10 ans dans les grandes maisons de maroquinerie en tant que responsable de collection et chef de produit maroquinerie. Je me suis rendue compte qu’il y avait énormément de gâchis dans le monde du luxe : des productions ne passent pas le cahier des charges, d’autres sont arrêtées, des matières sont stockées et non-utilisées… Les stocks sont énormes et sont soit revendus, soit détruits.

Et toi, tu as décidé de réutiliser ces matières?

Oui, ce qui me choque le plus, c’est que le cuir provient à la base d’un animal. Mais les mentalités changent, on comprend de plus en plus qu’il faut faire quelque chose avec les matières existantes plutôt que de les détruire.

C’est la problématique des petits créateurs : ils n’ont pas accès à la matière pour cause de faible volume ou budget.

Tu as quitté les maisons de luxe pour créer Adapta, comment en es-tu arrivée là?

J’ai eu une perte de sens dans mon travail, j’ai eu envie de me sentir plus utile et d’avoir un vrai impact dans ce que je faisais, à mon niveau. Je me suis dit : soit je fais totalement autre chose, soit je continue dans la maroquinerie, car c’est vraiment un secteur qui m’intéresse. Je suis partie de ce qui me choquait, sans pour autant me dire que je voulais révolutionner le secteur.

Je mets en avant les tanneurs et l’origine du cuir, leur savoir-faire, je sélectionne mes peaux selon leur qualité…

A quel moment as-tu décidé de lancer Adapta ?

Il y a moins d’un an. Je me suis lancée lorsqu’une créatrice cherchait une structure flexible qui permettait d’acheter de petits volumes, parce que c’est la problématique des petits créateurs : ils n’ont pas accès à la matière pour cause de faible volume ou budget. Les fournisseurs quant à eux, peuvent minimiser leur stock, tout en participant à des créations françaises, contrairement aux déstockeurs classiques. Je mets en avant les tanneurs et l’origine du cuir, leur savoir-faire, je sélectionne mes peaux selon leur qualité… Elles n’ont peut-être pas passé le cahier des charges, mais le créateur pourra faire ses découpes en éliminant les petits défauts, ce qui permet de ne pas gâcher un cuir de très bonne qualité.

Je donne des conseils personnalisés et procure de la valeur ajoutée grâce à mon expérience passée dans le développement produit.

Comment te différencies-tu dans ce secteur?

Je travaille un peu avec des maisons de luxe mais surtout avec les tanneurs, et contrairement aux déstockeurs qui demandent de gros volumes de bonne comme de mauvaise qualité, moi je sélectionne la meilleure qualité en petite quantité. Je déniche les trésors dans ces stocks dormants. Je donne aussi des conseils personnalisés et procure de la valeur ajoutée grâce à mon expérience passée dans le développement produit. C’est une niche d’un service haut de gamme sur des stocks dévalorisés.

Quelle est la clientèle que tu vises?

Les petits créateurs comme les marques à plus gros volume qui sont dans un positionnement moyen de gamme et qui sont intéressés par cette démarche d’éco- conception. Je trouve valorisant de pouvoir leur offrir ce sourcing à budget raisonnable et ce service de qualité qui répond vraiment à leur problématique d’approvisionnement de petite quantité, pour des collections entières ou capsules.

Des créateurs passent même commande à distance sans voir la matière, il y a une vraie relation de confiance !

Adapta décolle doucement mais sûrement, tu es fière ?

Je suis assez fière que 30% de mes nouveaux clients viennent par recommandation. Je me dis que ça sert à quelque chose d’avoir ce conseil personnalisé et de prendre en compte les besoins de chaque créateur et ça c’est l’une de mes plus grandes fiertés : avoir des clients fidèles. Certains créateurs m’envoient même des photos de leur créations et ça me rend super heureuse de voir le résultat final.

Tu privilégies la relation de confiance avec les créateurs…

Oui, le but est d’avoir une base de données qualitative et riche, afin de connaître le besoin de chaque créateur, les informer d’un nouvel arrivage, etc. Pour l’instant je suis rassurée car des créateurs passent même commande à distance sans voir la matière, il y a une vraie relation de confiance ! Je pense continuer les ventes dans mon showroom pour y présenter des sélections, continuer à rencontrer les créateurs et avoir cette relation de proximité qui me plait tant.

L’ambition d’Adapta, c’est d’être un référent en termes d’approvisionnement de matières dans l’économie circulaire.

Quelle est ton ambition prochaine pour Adapta  ?

Cette année, j’aimerais transformer ce modèle d’achat/revente vers une plateforme digitale pour organiser des ventes en ligne, offrir plus de choix pour les créateurs, instaurer une relation de confiance avec les fournisseurs et augmenter le volume en organisant davantage de transactions. En gros, être le “ventes privées” du cuir en virtualisant tous les stocks et éviter le gaspillage !

Tu as l’intention de t’élargir avec du tissus ?

L’ambition d’Adapta, c’est d’être un référent en termes d’approvisionnement de matières dans l’économie circulaire. Aujourd’hui il s’agit du cuir, mais on peut arriver de manière très logique au textile, ou à toute autre matière première… On peut imaginer pas mal de choses ! La mission principale est d’utiliser l’existant dans cette vision de qualité.

[…] Informer les créateurs de la provenance et des types de cuir fournis, de leur traçabilité, des conditions d’élevage… C’est important !

Quels sont tes projets pour 2019 ?

Trouver quelqu’un pour m’épauler, communiquer davantage, faire plus de conférences…J’aimerais aussi lancer une première version de ma plateforme pour pouvoir informer les créateurs de la provenance et des types de cuir fournis, de leur traçabilité, des conditions d’élevage… C’est important ! Je ne vais pas pouvoir me payer pendant un an mais c’est un projet auquel je crois. Je vois qu’il y a un vrai intérêt accordé, tant du côté des fournisseurs que des créateurs. 

Toi qui voulais donner du sens à ton travail, c’est réussi ?

Ah oui, maintenant je me sens utile ! C’est une petite structure donc j’ai beaucoup plus de prises d’initiatives et de décisions, tout va plus vite qu’en grande maison et je ne suis pas seulement un pion. Je découvre aussi mes clients, voir que ça apporte quelque chose aux créateurs et que ça les aide, c’est formidable !

 

Adapta organise une vente de cuirs issus de ses stocks dormants au showroom ADC !

Quand? Du vendredi 7 juin à 13h jusqu’au mardi 11 juin à 15h
? Dans le showroom de l’incubateur parisien ADC, au 76 rue de Quincampoix, 75003 Paris
Comment? Sur RDV, en appelant le 06 67 99 40 52 ou en écrivant à virginie.ducatillon@adapta-paris.com
Pour qui ? Les créateurs, qu’ils soient artisans pour leurs productions ou des marques pour leurs collections capsules !

 

CategoriesNon classé

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de