A

Ajnalogie, les parfums spirituels reliés aux chakras d’Agathe Jacquinet

Ajnalogie, les parfums spirituels reliés aux chakras d'Agathe Jacquinet

Mettre les besoins, les émotions, la spiritualité au cœur d’un parfum, telle est la mission d’Agathe Jacquinet la fondatrice d’Ajnalogie. Défi relevé avec ces 5 propositions de parfum reliées aux chakras. Agathe nous dévoile la genèse et les secrets de cette néo parfumerie engagée et pleine de sens.

Qui êtes-vous ?

J’ai 29 ans, j’habite entre Reims, Paris et le reste de la France. Je fais partie de ces nouveaux entrepreneurs nomades qui jouent leur partition sur une scène digitale. Je suis tombée toute petite dans l’univers du parfum, mais par le vin ! Mes parents sont vignerons. Dès mon plus jeune âge, mon père nous faisait sentir, à ma sœur et moi, ce qui nous ne pouvions pas boire. Ce fut une éducation remarquable autour du pouvoir des odeurs. Ma sœur est œnologue, quant à moi je me suis très vite orientée dans le monde du parfum. Au début, je rêvais de faire de la communication parce que je fantasmais ce monde beau, poétique, rêveur. Puis, j’ai bifurqué vers le marketing. Je me suis qu’il était plus intéressant de se tourner vers la conception de produits. Mais en fait, je me suis vite sentie comme une grande passionnée déchue qui ne trouvait pas du tout ce qu’elle cherchait dans l’offre des parfums.

Je cherchais un parfum qui parte d’un ancrage émotionnel au quotidien, qui puisse servir à la connaissance de soi plutôt à l’égo d’un parfumeur.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

En 2016, j’ai découvert le développement personnel lors d’un séjour d’un an à New York en pratiquant le Yoga Vinyasa et à la méditation. Puis quand je suis rentrée en France, j’ai participé aux retraites « Ose ta vie». Celles-ci ont ouvert une véritable boîte de Pandore, on y pratique tout ce que l’on peut trouver dans le développement personnel cela va du chant en passant par un travail sur le corps, les arts martiaux jusqu’ au chamanisme et aux voies les plus spirituelles.

J’ai compris ce qui manquait dans le monde du parfum : la spiritualité.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

Celle-ci est devenue le socle sur lequel je me suis posée pour créer Ajnalogie. L’aventure est partie d’un chemin personnel.

Comment est venue l’idée d’associer parfum et chakra ?

J’ai souhaité créer des parfums qui font du bien, qui accompagnent les besoins personnels. Mais je ne savais pas comment faire pour les identifier. Puis, les chakras se sont révélés très rapidement comme le point d’entrée idéal pour identifier ces besoins.

Le niveau d’énergie n’est pas le même d’un chakra à l’autre et d’une personne à l’autre. On peut jouer sur ces points énergétiques du corps pour évaluer ce que l’on a besoin d’équilibrer ou de renforcer au niveau énergétique.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

C’est comme cela qu’on est parti des chakras pour développer nos parfums.

Comment avez-vous élaboré et créer ces parfums ?

Tout d’abord, il m’a semblé évident et indispensable de mettre en synergie plusieurs savoirs et savoir-faire pour être au plus près, au plus juste du besoin lié au chakra. Il y a évidemment une dimension scientifique, quelle matière peut être associée à tel ou tel chakra. Mais j’ai aussi fait appel à Annick Le Guérère, historienne du parfum, pour comprendre ce qui a marché au cours de l’histoire dans l’utilisation des parfums.

Je travaille aussi avec une chakrathérapeute Héloïse Amilcar (compte Instagram amimetonbion). Héloïse lit les chakras et fait des lectures d’âmes. Grâce à cette approche, on peut comprendre comment les matières premières résonnent avec tel ou tel chakra, voir les effets des associations entre les matières premières entre elles.

Enfin, il y a la dimension artistique et création. Pour cela, je me suis associée avec la parfumeuse Eléonore de Staël. Elle a une patte spirituelle très forte. Je ne le savais pas avant de m’associer avec elle mais notre rencontre a été une évidence. Quand Eléonore était en école de parfumerie, à force de sentir, sentir, elle a vécu un éveil spirituel ce que l’on appelle aussi une montée de Kundalini. A partir de là, elle a développé un lien profond avec les matières premières, leurs énergies.

Lorsqu’Eléonore crée un parfum, elle entame un véritable dialogue avec les matières premières. Elle se connecte à leurs énergies. Ses parfums sont très élevés au niveau vibratoire.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

C’est aussi ce que je lui demande : mettre sa touche spirituelle. Et cela se sent tout de suite.

Quand je demande aux gens de sentir un parfum Ajnalogie, je leur pose les questions suivantes : est-ce que vous le sentez dans le corps, qu’est ce qui résonne en vous ? Qu’est-ce-que ce parfum fait vibrer en vous ? Il y a deux semaines, j’étais dans le labo d’Eléonore pour tester de nouveaux parfums.

La première chose que l’on fait quand on sent un nouveau parfum, c’est de ressentir où celui-ci résonne dans notre corps. Cela nous permet de voir si le parfum est bien positionné par rapport au besoin. Est-ce que l’intention énergétique de départ est bien là, sa mission remplie ?

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

Et si c’est oui, on a la base pour travailler. Après, on peut facetter la dimension artistique. On part du sens autour duquel on va mettre du beau.

Revenons sur l’aromacologie votre autre source d’inspiration, pouvez-vous nous expliquer comment cela fonctionne ?

Le parfum, les odeurs sont directement mis en connexion avec la zone du cerveau dite limbique, celle qui correspond au centre de la mémoire et des émotions.

Quand on regarde le chemin neurologique d’une l’émotion et celui de l’odorat, c’est le même. L’odorat est le sens qui est le moins mentalisé, le moins mentalisable. Il est difficile de mettre des mots sur une odeur.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

Quand je fais tester mes parfums, je demande aux gens de ne pas penser mais de dire ce qu’ils ressentent. On peut toujours aller dans le mental, mais j’invite à rester dans le corps. On entre alors dans une zone plus floue moins accessible. Cela vient peut-être d’une éducation sensorielle incomplète. En France et dans beaucoup de pays, l’éducation olfactive est très faible comparé aux autres sens. A l’école, on apprend la musique, on a une semaine du goût, le toucher, la vue sont aussi très utilisés mais l’odorat pas du tout. L’éducation olfactive est très réduite, or beaucoup de gens sont très sensibles aux odeurs. Ils les associent à des souvenirs.

C’est peut-être aussi parce que l’odorat est un sens considéré comme « archaïque », presque animal ?

L’histoire peut nous éclairer sur notre prise de distance avec l’odorat. Par exemple au Moyen-âge, les odeurs étaient très présentes et utilisées. Je pense notamment aux bains publics dans lequel on mettait des huiles essentielles. Ensuite, ces bains publics ont été décriés et interdits parce qu’ils propageaient des maladies. C’était aussi des lieux de luxure. En fait à différents moments de l’histoire, l’odorat a été lié à la sexualité, au côté hormonal. Puis le mental a pris le dessus sur le corps et on a décidé que l’odorat c’était quelque chose de sale, qu’il fallait le mettre de côté.

Aujourd’hui dans votre gamme, il y a 5 parfums reliés aux chakras, il en manque deux ?

Oui, il manque le chakra racine et celui du plexus solaire. Quand on a démarré, on a créé les 7 parfums, mais c’est deux derniers ne me convenaient pas. On avait beaucoup de mal à les faire aboutir. Alors je me suis dit, ce n’est pas grave, on ne va pas forcer. Il est préférable de les mettre en attente et on va sortir les autres en attendant. Puis récemment, on les repris à 0. Aujourd’hui, l’élan n’est plus le même. Pourquoi ? Parce que le processus est très particulier. Eléonore et moi, on doit vraiment s’imprégner d’une énergie précise pour construire un parfum. Eléonore est une personne très spirituelle, très pôle lumière. Il était difficile à l’époque pour elle, de se connecter au chakra racine celui de l’ancrage. Alors qu’aujourd’hui, elle a son activité depuis 3 ou 4 ans. Elle s’est posée et donc c’est plus facile pour elle de se connecter cette dimension d’ancrage.

Quant au chakra du plexus solaire, l’autre chakra manquant, il parle de rayonnement personnel, de trouver sa place dans le monde. Ce n’est pas facile non plus d’activer cette énergie quand on est jeune. C’est un vrai challenge, car ce chakra est très particulier. J’ai eu du mal à le comprendre. Héloïse la chakratherapeute m’aide à le connecter.

Comment se passe le processus de création ?

On fait des rendez-vous avec mon équipe. Je fais une présentation où je détaille toute les énergies que je veux mettre dans un parfum pour répondre à tel besoin. Puis on cherche les infos (matières etc). Un exemple ? Héloïse nous a permis de débloquer et comprendre le chakra du plexus solaire. Trouver à quelle place justement on pouvait poser ce parfum. Soudain nous est venu les archétypes du Roi et de la Reine. Le chakra du Plexus Solaire, c’est incarner sa juste place avec soi et les autres, trouver son équilibre et sa souveraineté.

Est-ce que vous avez des conseils pour utiliser vos parfums autrement qu’un simple geste beauté ?

Je travaille beaucoup cette dimension.

J’ai créé un nouveau rituel autour du parfum Sérénité, relié au chakra du cœur, un rituel pour la pleine acceptation de soi. L’idée est de mettre une goutte de parfum sur le chakra du cœur (au niveau de la poitrine). Ensuite, j’invite la personne à chaque inspiration à sentir l’énergie d’amour pure du chakra du cœur s’étendre dans son corps, de prendre plusieurs respirations jusqu’à ce que l’énergie d’amour véhiculé par le parfum, remplisse pleinement le corps et même au delà.

Agathe Jacquinet, créatrice d’Ajnalogie

J’organise aussi en magasin des méditations olfactives. On ne positionne pas le parfum sur le corps, on le respire. J’accompagne ce processus avec des visualisations pour chacun des parfums.

Est-ce que vous avez des projets, des nouveautés sur le feu ?

Il y a les deux derniers parfums de la collection qui vont sortir. A la fin de l’année, le parfum relié au chakra racine, puis celui lié au Plexus Solaire en 2023. En ce moment, on est sur un projet passionnant : la lignée et les ancêtres, un parfum relié à la couleur rouge. L’inspiration de départ est la terre rouge, un peu sablonneuse pour venir se relier à la terre des ancêtres dans un esprit rituel presque chamanique. En janvier, j’ai lancé « Le bâton de régénération » relié à Ajna le chakra du 3ème œil et au parfum Cure 6.0. J’ai envie de développer des produits qui rentrent dans le quotidien. J’adore la fumigation en plus c’est vraiment relié à l’histoire du parfum. Dans ce bâton, il y a de la sauge afghane, du cèdre blanc, du romarin et de la lavande. C’est un bâton de fumigation harmonisant, équilibrant. Pour ce bâton, j’ai travaillé avec Devi Boscolo Thiounn une jeune femme qui vit dans le Sud de la France (Perpignon) et qui cueille elle-même ses plantes, les fait sécher naturellement. Et puis, je suis aussi en train de réaliser une bougie en lien avec le parfum Méditation 7.0. On a crée un pot inspiré du bol de méditation. C’est une bougie 3 mèches dans lequel il y aura au centre une améthyste qui se dévoilera au fur et à mesure de la combustion. Avec cette bougie, on pourra se créer un coin de méditation complet alliant le feu et le minéral comme un autel à soi. Sinon sur le site, on trouve un diagnostic pour trouver son parfum. Il plait beaucoup.

Retrouvez les produits Ajnalogie sur www.ajnalogie.com

CategoriesPortraits

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de