A

Amaury de Crayencour dans les Copains D’abord, nouvelle série sur M6 !

Chaque jeudi à 21h05 sur M6 démarre la série « Les copains d’abord », une comédie familiale de 6 épisodes de 52 minutes portée par Olivia Côte, Julien Boisselier, Judith Siboni et… Amaury de Crayencour ! Le topo ? Deux familles inséparables qui se lancent dans l’aventure du logement participatif. Amaury nous raconte le tournage et sa vision du vivre ensemble…

Aujourd’hui sort « Les copains d’abord » , peux-tu nous pitcher cette série ?

Deux familles, les Binarelli et les Capellin, vivent sur le même palier dans des appartements séparés. Rapidement, on apprend que le proprio de l’immeuble vend son bien et les familles vont devoir déméngaer. Mon personnage Dimitri est médecin, sa familles est bourgeoise et plutôt aisée. L’autre famille a moins de moyen, le père de famille essaie de monter un restaurant mais attend la bonne idée… Les moyens financiers ne sont donc pas les mêmes ! Fleur, ma femme dans la série interprétée par Judith Siboni, a l’idée de participé à un concours d’habitat participatif. Très rapidement, Benjamin Bellecour, l’architecte, va nous aider à construire ce projet. Il y a aussi de super seconds rôles avec Catherine Jacob, Jean Benguigui, Anne-Elisabeth Blateau…

Comment t’es-tu retrouvé dans le casting ?

J’étais en train de jouer La Machine de Turing au Festival d’Avignon. J’ai reçu un message de mon agent qui me demandait une selftape. Ce n’était pas pour le rôle de Dimitri à la base. On m’a annoncé qu’a priori j’étais validé mais que la série repartait en écriture. Je ne savais donc pas vraiment quel rôle j’allais jouer… Et puis à la fin de l’été 2018, on m’a annoncé que j’allais jouer l’un des rôles principaux en jouant Dimitri, 38 ans, père d’une fille de 16 ans. Mon challenge a été d’être crédible dans ce rôle de père d’une ado ! J’ai été aidé par une cheffe maquillage qui a finement accentué des cernes et des rides. Elle m’a « maturé » . J’a adoré le tournage et ce qui est génial dans une série, c’est qu’on a le temps de fouiller son personnage, de raconter son histoire.

Mon challenge a été d’être crédible dans ce rôle de père d’une ado ! J’ai été aidé par une cheffe maquillage qui a finement accentué des cernes et des rides

Le tournage s’est déroulé dans le froid. Quels souvenirs gardes-tu ?

On a tourné d’octobre à novembre, il faisait très froid mais c’est surtout que la série était censée se dérouler à la mi-saison : on avait des habits assez légers ! On portait des collants sous les pantalons, on glissait des chaufrettes dans nos poches… Et comme il est question d’un chantier dans la série, on a beaucoup été dehors dans la boue ! Il faisait froid mais on se marrait tellement !

Amaury de Crayencour – Photo de Solenne Jakovsky pour Le Prescripteur

Il se trouve que j’ai pioché quelques bonnes idées à la série. Par exemple, les familles décident d’installer des ruches sur leur toît. J’ai très envie de fabriquer mon propre miel !

L’un des thèmes principaux de la série est l’habitat participatif, au carrefour de toutes les grandes préoccupations sociétales actuelles : solidarité, mutualisation, mixité sociale, écologie… C’est une nouvelle façon de vivre ! Crois-tu, à titre personnel en ces nouvelles façons de vivre ensemble ?

Il y a du pour et du contre ! Il se trouve que j’ai pioché quelques bonnes idées à la série. Par exemple, les familles décident d’installer des ruches sur leur toît. J’ai très envie de fabriquer mon propre miel ! L’habitat participatif est une idée géniale, ce genre de projet accélère la solidarité, la série aborde en plus plein de thèmes comme le handicap… Cette relation de voisinage très étroite permet de tisser des liens vraiemnt chouettes mais à titre personnel, j’aime l’intimité d’un appartement à soi. Vivre en communauté, je ne suis pas sûr que cela me corresponde.

Penses-tu qu’il y aura une suite à cette première saison ?

Sans spoiler, la fin est assez ouverte et laisse la possibilité d’une saison 2. On en rêve tous ! C’était un tournage très joyeux. Olivia et Judith sont des potes d’enfance, moi et Julien on tourne ensemble dans Nina… Aujourd’hui on a encore un groupe whatsapp et on s’y parle tous les jours ! Mais ce n’est pas entre nos mains, il faut voir comment la série est accueillie. Allez la regarder ! (rires)

Amaury de Crayencour – Photo de Solenne Jakovsky pour Le Prescripteur

En tant que père d’une petite fille et d’un petit garçon, quel est ton idéal de vie commune ?

La question est au cœur de l’actualité. Quand tu as vécu deux mois et demi de confinement, tu réfléchis à ce que tu souhaites pour tes enfants. Mon constat a été que j’avais envie de plus de nature pour eux. J’aimerais trouver un juste équilibre entre la ville, car je ne peux pas m’en éloigner, et la nature. Je me suis mis récemment au kayak ! C’est une manière de se reconnecter à la nature au travers d’un sport à la fois sportif et contemplatif !

CategoriesPortraits

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de