A

Atelier Franca : l’histoire de deux céramistes rock and roll !

Le bleu de travail, c’est Caroline Bartoli. Le chapeau fleuri, c’est France Bocognani ! Ces deux amies d’origine Corse et aux 20 ans d’écart, ont décidé il y a 3 ans, de lancer leur atelier de céramique à Marseille : Atelier Franca ! Leur signature ? Des pièces façonnées à la main avec de la terre mêlée, technique ancienne qu’elles ont remise au goût du jour avec style et panache. Rencontre avec un duo 100% rock and roll !

La céramique est arrivée tard dans votre vie. Comment vous-êtes vous initié à cet artisanat ?

France – Grâce à notre ami commun, François Champsaur, qui nous a offert pour nos anniversaires, un stage de céramique avec sa mère, Maggie Champsaur, une grande céramiste de la région de Marseille. 

Caroline – Maggie a été une figure extrêmement inspirante pour nous. Elle était une vraie artiste qui travaillait la nuit, une personnalité très rock and roll qui était dans le partage.

Quel a été le déclic pour lancer Atelier Franca ?

France – Assez rapidement, on a reçu une commande d’un restaurant près de Hyères, Le Café Bohème, qui nous a commandé 60 assiettes ! On a demandé à Maggie d’utiliser son atelier car à l’époque nous n’étions pas encore installées. On a confectionné tout un service marqué d’empreintes de napperons anciens : certains avaient été conçus par ma grand-mère, d’autres avaient été chinés au marché aux puces avec Caroline lors d’un séjour à Ajaccio  !

France et Caroline – Photo de zoefidji pour Le Prescripteur

Caroline – Après cette commande, on s’est dit qu’on devait s’installer dans notre propre atelier. Le compagnon de France avait un petit local à côté d’un garage, c’est là qu’on a installé notre atelier en décembre 2019. J’ai fini par quitter mon job : avec la crise du COVID, mon boulot dans l’événementiel était complètement à l’arrêt. J’ai profité du chômage partiel pour modeler et créer, et je ne me suis plus arrêtée ! 

France – Et moi je me suis lancée dans un CAP décoration sur céramique, même si j’ai gardé mon boulot à côté.

La terre mêlée est une signature d’Atelier Franca. Pourquoi ?

Caroline – C’était ma passion ! Dès que je faisais un marché de poterie, j’achetais de la terre mêlée. C’était mon obsession. Quand j’ai commencé, elle était noir, terracota foncée, et blanche. On a fait une première vente dans un concept store marseillais, et on s’est dit : feu, ça plaît, on y va !

Fabrication de terre mêlée à l’Atelier Franca

France – Au début, Caroline travaillait beaucoup les terres noires et blanches, je lui ai conseiller de mêler des terres terracota, d’enlever le noir pour réaliser quelque chose de plus doux… Ce sont les teintes qu’on travaille aujourd’hui à l’atelier. 

C’est comme cela que vous travaillez toutes les deux ? Vous vous conseillez mutuellement ?

France – Oui ! Caroline réalise beaucoup le modelage, elle a la patience que je n’ai pas ! (rires) Quand elle met au point un vase, elle me le montre, et on le fait évoluer ensemble s’il a besoin d’être amélioré.

Caroline – J’ai tendance à dire que France est plus artiste que moi ! (rires) Elle dessine et peint merveilleusement bien et je la suis beaucoup dans ses conseils artistiques. 

Sentez-vous une influence de Marseille sur vos créations ?

Caroline – Une influence du Sud, de la Méditerranée, c’est sûr ! Tu peux voir sur nos étagères plein de coquillages, et des objets qui nous rappellent la mer comme ce moule en forme d’hippocampes…

Quand j’étais petite, on m’appelait Loulou la Brocante car je ne jetais rien, et c’est toujours le cas aujourd’hui ! (rires) Je garde tout. Notre vase Apollonia est né justement car à chaque fois qu’il nous restait des petits morceaux de terre mêlée, j’en faisais des perles, sans trop savoir si cela allait donner quelque chose un jour. Et finalement on a imaginé ce vase avec une hanse en collier de perles.

On sent deux grosses personnalités ! Vous vous entendez bien au quotidien ?

France – On se charcle pas mal ! (rires) 

Caroline – Je me rappelle qu’une fois, on était toutes les deux engagées dans une pièce à l’atelier et on venait de se disputer très fort. Je me suis dit “Je termine ma pièce, et je me barre”. Continuer à modeler un temps nous a permis de resdescendre en pression, et de finir par se pleurer dans les bras. C’est cela qui est beau dans la céramique : quand tu mets les mains dans la terre, tu te délaisses de tout, tu ne penses plus à rien.

Où peut-on trouver vos créations ?

France – A la Villa Noailles de Hyères ! Sinon c’est à la commande : nous n’avons pas de stock. Et nous réalisons chaque année environ 5 collaborations avec des marques, des architectes, des hôtels… Pour cet été, nous avons travaillé avec Eté 1981 sur une collection d’assiettes !

Quelles sont les pièces best-sellers d’Atelier Franca ?

Caroline – Le Jules et Jim, inspiré d’une rambarde magnifique d’un immeuble moche de Marseille ! 

France – Le Jeanne, pour les bouquets de fleurs à grandes tiges, l’Apollonia…

Des créations à découvrir sur leur Instagram @franca.atelier

CategoriesLifestyle

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de