A

Augustinus Bader : pourquoi cette marque de cosmétiques a-t-elle autant de succès ?

Crème riche Augustinus Bader

Des flacons bleus et bronze qui s’installent dans les salles de bains des beautystas les plus averties et un buzz qui ne cesse d’enfler… La venue d’Augustinus Bader à Paris a donné l’occasion au Prescripteur de se plonger dans les coulisses de sa jeune marque de skincare qui fait de plus en plus parler d’elle.

30 ans de recherches scientifiques

L’homme derrière la marque (il lui a d’ailleurs donné son nom), c’est Augustinus Bader, un professeur allemand qui est tombé dans l’univers des cosmétiques par hasard.

L’obsession de ce scientifique spécialisé en médecine régénérative a longtemps été de soigner la peau des grands brûlés. Et quand il met à jour « une formule qui fonctionne comme une boîte à outils qui va aider les cellules souches de la peau à se régénérer par elles-mêmes », il sent qu’il tient une découverte qui peut changer la donne dans le milieu médical. Mais c’est la déception car malgré le potentiel de cette avancée, il n’obtient pas de financements.

Entre alors en scène la proposition du français Charles Rosier qui lui suggère d’utiliser ses recherches dans un autre champ d’action : le skincare. Les deux hommes s’associent et donnent naissance en 2018 à la marque Augustinus Bader qui intègre dans ses cosmétiques le fameux complexe TFC8, qui aiguille les cellules pour qu’elles deviennent autonomes, afin de s’activer selon les besoins de la peau.

Produits Augustinus Bader

En résumé, la peau se répare elle-même après avoir été activée par la crème : de quoi attiser la curiosité des femmes en quête de nouvelles approches anti-âge ! Et de finalement attirer l’attention du monde scientifique. Car ce détour par l’univers cosmétique aura non seulement permis au professeur de développer des soins pour la peau innovants mais les retours des consommatrices convaincues auront aussi servi à mettre en lumière les possibilités infinies qui se cachent derrière ses recherches.

« Avec cette marque, je voulais que les gens commencent à utiliser mes produits et me croient quand je leur disais ce que j’avais découvert ! Et maintenant je vais pouvoir redémarrer des études cliniques sur les brûlures cutanées. » se réjouit Augustinus Bader.

Un créateur atypique et attachant

Loin du profil des fondatrices des marques qui cartonnent comme Huda Kattan, Tata Harper ou autres Emily Weiss (Glossier) qui font rêver les consommatrices avec leur vision dynamique de la beauté, leur omnipotence sur les réseaux sociaux et leur approche de businesswomen déterminées et inspirantes, Augustinus Bader détonne dans l’univers des cosmétiques avec son allure de gentil scientifique timide, modeste, voire presque austère.

On l’imagine plus facilement avec une veste blanche derrière un microscope à chercher LA formule qui va aider la peau à se régénérer par elle-même qu’à deviser avec les reines du glam comme Vic Beckham ou les maquilleuses les plus pointues de la planète. Et pourtant, celles-ci font partie de ses premières fans ! « Je n’y crois pas moi-même » répond-il presque en rougissant quand on le questionne sur son succès grandissant auprès de ses consommatrices, célèbres ou anonymes.

Augustinus Bader inspire la confiance, son approche du skincare est rigoureuse, c’est un acharné de travail et ses produits font leurs preuves. CQFD.

Un bouche-à-oreille pointu

Les deux premiers produits lancés par la marque Augustinus Bader en 2018 sont des crèmes pour le visage : The Rich Cream (pour peaux normales à sèches) et The Cream (la déclinaison plus légère pour peaux mixtes à grasses,). Des flacons bleus luxueux, un prix élevé (150 € les 30 ml) mais ces soins hauts de gammes séduisent immédiatement les utilisatrices.

Parmi les convaincues des débuts, des personnalités qui évoluent dans une communauté exigeante et dont l’avis compte, comme l’actrice américaine Melanie Griffith ou encore la skin gourou australienne Melanie Grant. Ces ambassadrices de choc parlent spontanément autour d’elles de cette petite pépite qui les a bluffées. Résultat, la rumeur autour de la jeune marque enfle, sans qu’elle ait même besoin de faire de la publicité !

Convertie de la première heure, Victoria Beckham a d’ailleurs contacté Augustinus Bader pour plancher sur des produits en commun. De de cette collaboration hautement désirable sont nés en 2020 le Cell Rejuvenating Serum (220 € les 30 ml) et le Cell Rejuvenating Priming Moisturizer (110 euros les 30 ml), une base de teint perfectrice qui offre à la peau une protection contre les silicones et autres composants toxiques contenus dans les produits de maquillage. Soit des produits en accord avec la philosophie d’Augustinus Bader : garder la peau en bonne santé.

« Je suis heureux de pouvoir contribuer à cette idée de prendre soin de soi dans la durée, grâce à soi-même » termine-t-il l’entretien. Donner les moyens à nos propres cellules de faire du bien à notre peau, assez tentant comme principe, non ?

CategoriesBien-être

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de