F

Fashion Week – La Haute Couture en 3 looks !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Le meilleur des défilés à portée de clavier pour une place en front row assurée ! Debrief du défilé #HauteCouture Paris, Printemps-Été 2018 clotûré la semaine dernière ! Focus sur nos 3 coups de coeur : Maison Margiela, Givenchy et Chanel, suivis d’une interview flash d’Hubert Barrère, DA des ateliers Lesage.

Maison Margiela – Le plus créatif

Il fallait y penser, John Galliano l’a fait, dans l’une de ses collections les plus abouties pour Margiela jusqu’à présent : il suffisait de flasher avec son smartphone un manteau comme dans ce look 6, ou une robe, pour qu’il révèle son intérieur en un rai de lumière. Une jolie allusion à notre schizophrénie Instagram et à nos nouvelles façons de consommer, mais surtout une richesse créative intelligemment décalée qui prouve que la Couture peut aussi se rebeller.

Hubert-Barrère-FW-Paris-Couture-Ateliers-Lesage-Le-Prescripteur

Givenchy – Le plus « Blood diamond »

Après une collection de prêt-à-porter en demi-teinte, Claire Waight Keller (ex-Chloé) en impose avec une première Haute Couture qui est autant hommage à ses prédécesseurs masculins (Monsieur de Givenchy, Riccardo Tisci) qu’un tampon créatif tout en maestria pour marquer son arrivée (#girlpower in da house), comme avec ce look 21 : une robe volantée à l’inspiration gothique (hello Riccardo) sous un manteau dont les plumes ultra virevoltantes et délicates semblent venir d’un oiseau de paradis (ou avoir trempé dans le sang de son ex-mari, allez savoir…). Une féminité sublimement romancée, à suivre de très près.

Hubert-Barrère-FW-Paris-Couture-Ateliers-Lesage-Le-Prescripteur-3

Chanel – Florilège Couture

Pour son défilé Haute Couture, Chanel avait transformé le Grand Palais en un jardin, ou plutôt en une bonbonnière colorée où les mannequins étaient autant de fleurs sucrées. Des classiques tailleurs Chanel réinterprétés aux robes brodées comme ce look 50, en passant par la traditionnelle robe de mariée la collection faisait éclore un vestiaire couture intégral dominé par un rose aussi vaporeux que fatal.

Hubert-Barrère-FW-Paris-Couture-Ateliers-Lesage-Le-Prescripteur-5

 

FOCUS ARTISANAT HAUTE COUTURE – 3 QUESTIONS À HUBERT BARRÈRE, DIRECTEUR ARTISTIQUE DE LA MAISON LESAGE

Chanel-Métiers-d'Art-Maison-Leasge-Hubert-Barrère-12

A l’occasion du défilé Haute Couture de Chanel, nous avons souhaité revenir avec Hubert Barrère, Directeur Artistique de Lesage (qui appartient à Chanel, voir la visite des ateliers Lesage à Pantin ici) sur le travail de la broderie, essentiel à de nombreuses pièces de Haute Couture.

 

Le challenge le plus important, c’est le prochain !

Quelques échantillons Chanel récents : Lesage intervient sur les 8 collections annuelles de la Maison, avec 60 brodeurs permanents dans les ateliers et le double en période de collections.

 

Chez Lesage, quelles sont les spécificités de la broderie pour la Haute Couture ?

Il s’agit de repousser les frontières habituellement imposées par une collection. Pour le prêt-à-porter, on a des contraintes de temps, de moyens et de créativité. Avec la Haute Couture, c’est no limit !

 

Est-ce quon peut dire que la broderie est un art ?

Je n’aime pas qu’on se définisse artiste, mais si la broderie, qui est un artisanat, doit se rapprocher au plus près de l’art, c’est bien à l’occasion de la Haute Couture, dans un cadre exceptionnel où les ateliers deviennent un véritable laboratoire de création.

 

Quel a été le plus important challenge Haute Couture jusqu’à présent et comment la Maison Lesage a-t-elle su le relever ?

Le challenge le plus important, c’est le prochain ! Avec Lesage, tout est possible, nous avons déjà brodé du bois, et même en 3D ! Je ne suis pas attaché à ce qui a déjà été fait, même si c’est un merveilleux travail collectif. Une fois qu’une collection est terminée, on ressent une sorte de vide, et le meilleur moyen de ne pas y céder, c’est de s’atteler à la suivante ! Next !

Pauline Delsalle

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des