F

Future Memories : le premier single de Markus, aka Marc Ruchmann

Nombre d’entre nous le connaissaient en tant qu’acteur, surtout depuis son rôle dans la série Plan Coeur où il incarne le rôle de Jules, « le pute » compositeur de musique. Hasard de scénario, Marc Ruchmann est bien compositeur dans la vraie vie et sort aujourd’hui son premier single Future Memories. Une approche musicale fascinante faite de sons captés dans la rue, de beatbox et de poésie…

Raconte-nous ton histoire d’amour avec la musique ?

J’ai commencé par le rap que j’ai pratiqué pendant 10 ans. Puis j’ai découvert le beatbox qui est devenu mon instrument principal. Je suis passé des mots au rythme. Je n’ai jamais appris la musique et ce qui est formidable, c’est que le beatbox m’a permis de jouer avec de grands musiciens. J’ai appris à suivre le groove…

Tu proposes une musique alternative faites de sons captés dans la rue, de rythmes, de voix… Une matière brute que tu sculptes à ta façon…

Mon album est un peu comme un tableau abstrait. Le peintre Rothko m’a toujours fasciné dans le choix des couleurs, des formes et dans la manière de déclencher des sensations personnelles. Sa peinture te laisse face à toi-même et c’est ce que j’essaie de faire dans ma musique.

D’où viennent tous ces sons qui semblent extraits d’un quotidien et que l’on entend dans tes morceaux ?

J’ai beaucoup voyagé dans ma vie, j’ai tourné à l’étranger, j’ai vadrouillé… Et je ramenais tout le temps des sons que je captais avec mon enregistreur. Cela pouvait être des enfants en train de chanter dans un parc en Inde, des bruits de pas dans le métro à Paris… Ces échantillons musicaux, j’en ai fait une matière brute à sculpter.

On sent une culture du « sample » dans ton album à la différence que tu ne pars jamais de sons connus !

Exactement. J’ai gardé cette culture du sample qui consiste à prendre des boucles de morceaux, de les faire tourner et de rajouter des rythmes. J’ai posé mon beatbox, j’ai rajouté les ambiances sonores de différents pays, et une fois que j’ai eu cette matière-là, j’ai appelé des copains et des copines pour poser des poèmes dessus, très susurrés. Je pense que c’est ce qui donne à mon album un caractère très intimiste et voyageur.

Tu as sorti aujourd’hui le premier single de ton album : Future Memories. Pourquoi avoir choisi celui-ci en particulier ?

Mon album (ndlr : qui sort le 27 mars prochain) s’appelle Réminiscences et ce morceau est celui qui le décrivait le mieux : j’aime l’idée que c’est au moment présent que tu te crées tes futures souvenirs.

Tri-pop, électro organique… Difficile de palper ce que c’est vraiment. Ce que je défends là-dedans, c’est que cela procure des sensations.

Comment décrirais-tu ton style musical ?

Tri-pop, électro organique… Difficile de palper ce que c’est vraiment. Ce que je défends là-dedans, c’est que cela procure des sensations.

Le 31 mars tu seras au Café de la Danse. Que prévois-tu comme performance ?

Sur scène, je n’ai pas envie de reproduire tous les morceaux tels qu’ils sont. Je les ai redécoupés pour les interpréter selon l’endroit, l’humeur, la vibe pendant le concert…

Ton personnage dans Plan Cœur compose de la musique. Est-ce un hasard ou une adaptation du personnage à ton parcours personnel ?

C’est un hasard total ! Et ce n’est pas moi qui ai composé le fameux morceau envoyé à Elsa dans la série, on me pose souvent la question 😉

Dans quelle salle rêverais-tu de te produire ?

J’aimerais beaucoup faire les Bouffes du Nord. J’aime l’énergie de ce lieu avec ses murs d’époque abîmés qui inspirent une histoire…

 

CategoriesNon classé

1
Poster un Commentaire

avatar
300
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] et que choses vont évoluer dans le bon sens. J’étais content de m’appeler Antoine dans Plan Cœur ! […]