H

Hair Love : Rencontre avec les fondatrices de Shaeri

Shaeri, c’est une marque de produits capillaires inspirés de la méditerranée, avec une approche super clean, engagée et inclusive. On a rencontré Meryem et Barbara, les deux fondatrices de la marque, pour mieux comprendre leur vision de la beauté des cheveux. Elles nous parlent des influences multiculturelles de leur marque l’importance de bien connaitre ses cheveux pour en prendre soin, les accepter comme ils sont, et surtout : les aimer !

Bonjour Meryem, bonjour Barbara, je suis ravie de vous rencontrer ! Est-ce que vous pouvez vous présenter rapidement pour nos lectrices ?

Meryem : « Je suis née et j’ai grandi au Maroc mais je vis à Paris depuis plus de 20 ans avec mes deux enfants et mon mari. Je me sens à la fois marocaine, française, parisienne, africaine, arabo-berbère (ce qui est déjà un métissage en soi)… bref, je suis un mix entre différentes cultures très fortes qui s’additionnent et s’enrichissent l’une de l’autre!
Et « last but not least »: j’ai les cheveux frisés, et il m’a fallu beaucoup de temps pour les accepter tels qu’ils sont car de là où je viens, faire un brushing ou un lissage est indispensable pour être présentable. Aujourd’hui, je les aime au naturel car ils sont le reflet de mon héritage mais j’adore aussi pouvoir changer de tête au gré des circonstances, de mon humeur, de mon envie! C’est aussi ça la liberté, non ? »

Barbara : « Je suis née et j’ai grandi à Paris, que j’ai quittée pendant plus de dix ans pour revenir ensuite y vivre avec mes deux enfants et mon mari. Ayant vécu et travaillé plusieurs années à l’étranger – en Asie et aux USA, dans des cultures a priori très éloignées de la mienne – j’ai réalisé, au fil de mes expériences, à quel point le multiculturalisme était un enjeu clé pour le monde de demain.
Et côté capillaire : comme toutes les femmes de ma famille, j’ai les cheveux bouclés, et j’en ai toujours été fière. Cela a toujours été non seulement mon ‘signe distinctif’, mais également ma principale préoccupation beauté – à la recherche des meilleurs ingrédients, formules et produits à travers le monde! »

Quel était votre parcours à toutes les deux avant de vous lancer dans votre propre aventure ?

Meryem : « J’ai travaillé pendant plus de quinze ans dans de grands groupes, à Paris et à Londres, puis j’ai quitté le monde corporate pour faire ce dont j’avais envie depuis longtemps: créer une marque qui soit un pont entre mes différentes cultures. C’était l’année de mes 40 ans et je me suis dit ‘c’est maintenant ou jamais’! »

Barbara : « Architecte de formation, j’ai travaillé pendant près de quinze ans entre Hong-Kong, New York et Paris pour de grandes marques de luxe et de cosmétiques, avant de rentrer à Paris et de me lancer dans l’aventure Shaeri. De la construction ‘retail’ à la construction d’une marque, j’ai sauté le pas! »

Pourquoi avoir créé Shaeri ?

Nous ne trouvions pas de marque française de beauté multiculturelle et d’inspiration méditerranéenne. En réfléchissant sur la marque, on a réfléchi à notre socle commun, et c’était la Méditerranée: nous avons une vision très inclusive de la Méditerranée, à la fois africaine, européenne et orientale, mais aussi une Méditerranée très contemporaine – car on l’oublie souvent mais c’est une région très jeune, avec une créativité et une énergie incroyable… loin des clichés orientalistes que l’on peut avoir !

En tant que marque « fusion », notre objectif  est de réunir le meilleur de la cosmétique française et les secrets de beauté ancestraux de la Méditerranée: que cela soit au niveau des rituels, ou des ingrédients que l’on utilise et que l’on source dans la région.

Shaeri, ça veut dire quoi ?

Selon la manière dont on le prononce, Shaeri a plusieurs significations – et qui ont toutes une forte valeur symbolique à nos yeux :

  • En arabe cela signifie «mes cheveux», «mon poème» et «ma devise»,
  • Dans la langue persane, cela signifie «poésie»,
  • En hindi c’est une forme forme de poésie,
  • Et en hébreu cela signifie aussi «mes cheveux».

Votre ingrédient fétiche est la figue de barbarie: qu’est-ce qu’elle apporte comme bienfaits aux cheveux ?

Du fait de sa haute teneur en Vitamine E, Vitamine B5, oméga-3, acides gras essentiels et antioxydants, l’huile de figue de barbarie est reconnue pour ses propriétés ultra régénérantes pour les cheveux secs – bien plus régénérante que l’huile d’argan par exemple! C’est également un très bon régulateur de sébum, et une excellente source d’hydratation… le tout sans alourdir les cheveux!

Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas à la cosmétique: le figuier de barbarie, ce cactus qui pousse un peu partout en Méditerranée en milieu aride, est reconnu pour son importance socio-économique et environnementale. Et, réchauffement climatique oblige, il se développe énormément et pousse partout !

Encore (trop) peu utilisé en cosmétique, nous croyons énormément dans cet ingrédient, qui créé un véritable ‘cercle vertueux’ à plusieurs niveaux, et que nous nous sourçons auprès d’une coopérative au Maroc. Nous avons pour objectif d’atteindre le volume qui permettra de développer cette filière et donc d’aider la population locale, en particulier les femmes, à avoir un travail. La crise sanitaire nous a beaucoup ralenti sur cet aspect mais cela reste au cœur de notre démarche!

Vous avez développé des routines pour tous les cheveux en demande de soins : pouvez-vous nous en dire plus ?

Nos soins ont été pensés et développés pour répondre aux besoins spécifiques des cheveux ondulés, bouclés et frisés, qui sont par nature secs, et en grande demande d’hydratation et de nutrition. De ce fait, ils répondent parfaitement aux besoin de tous les cheveux abîmés, décolorés, lissés, secs, très secs, sensibilisés… et ont finalement été plébiscités et adoptés par le plus grand nombre!

Nous travaillons nos formules dans une recherche du parfait équilibre entre naturalité, efficacité et sensorialité – sans compromis! En effet, les avancées R&D dans la clean beauty sont en progrès permanent, surtout dans le domaine du capillaire: nous mettons un point d’honneur à rester à la pointe de ces avancées… tout en sachant parfaitement que les cheveux ne « mentent » jamais sur les résultats – en particulier les cheveux « exigeants » 🙂

Quels sont vos conseils pour faire la paix avec nos cheveux, et les accepter quelle que soit leur nature ?

En premier lieu, bien connaître la nature de ses cheveux est primordial ! Qu’on se lisse les cheveux ou non, qu’on les porte naturels, colorés, ou qu’on fasse des brushings tous les jours, il faut avant tout bien les connaître pour pouvoir faire la paix avec eux. Nous avons recueilli tellement de témoignages de femmes qui ne se savaient tout simplement pas prendre soin de leurs cheveux, et qui ne les acceptaient pas !

Pour apprendre à les aimer, les accepter (et s’accepter!), nous croyons beaucoup à la puissance des ‘role models’ et de la sororité: alors dans notre e-Mag et sur nos réseaux sociaux, nous mettons régulièrement en lumière des femmes inspirantes – artistes, intellectuelles, entrepreneures – qui assument d’où elles viennent, qui assument qui elles sont, qui font bouger les lignes avec leur travail, et qui assument leurs cheveux…

Parlez nous de vos routines capillaires persos

Meryem : « J’ai très peu de temps au quotidien entre mon travail et mes enfants: c’est aussi pour cela que nous avons développé des lignes courtes avec des routines très simples adaptées à la vie des femmes très occupées. Je fais systématiquement un masque après le shampoing – le Soin-masque Intense bien sûr, et j’adore le Soin Lavant en vacances ! »

Barbara : « Je suis une grande fan des bains d’huile: été comme hiver, il n’y a rien de mieux pour régénérer les cheveux – et contrairement aux idées reçues, tous les types de cheveux peuvent en bénéficier. Je suis également une adepte de notre Soin Lavant: un « low poo » qui lave, démêle et nourrit en un seul geste.
Et je ne commence jamais ma journée sans un petit pschitt de notre divin Parfum pour cheveux! »

Shaeri est une marque multiculturelle et inclusive, engagée pour la protection de l’environnement, et pour les Femmes : d’où viennent toutes ces valeurs ?

Meryem : « Quand on vient d’un « pays du Sud » et qu’on voit concrètement les dommages écologiques et l’avancée du désert, on ne peut pas ne pas être éco-responsable. Et quand on a grandi dans un pays comme le Maroc, on acquiert très tôt une conscience féministe car on est très jeune confrontée à des différences qui n’ont pas lieu d’être. »

Barbara : « Il m’a toujours semblé évident que l’engagement ne se limitait pas à la ‘vie perso’ – je me suis développée professionnellement au sein de marques très engagées sur l’écologie et le féminisme – et qu’il passait avant tout par des réponses concrètes.

Pour La Maison des Femmes, en plus d’un soutien financier, nous organisons régulièrement sur place des ‘Ateliers Beauté’ afin aider les femmes à se sentir bien, se sentir belles: tout simplement à gagner en confiance. En cela, la beauté n’est pas futile, elle est essentielle, et elle est engagée. »

Shaeri est toute jeune, et elle grandit vite ! C’est quoi la suite ?

La suite, c’est de continuer ce que nous savons faire : développer des produits issus de l’excellence du savoir-faire de la cosmétique française, en y revisitant les ingrédients et les gestes de beauté de la Méditerranée – tout en renforçant nos liens avec nos fournisseurs de matières premières.

Et après un formidable engouement du marché français depuis notre lancement en 2018, nous sommes concentrées cette année sur le développement à l’international. Depuis le début de l’année, Shaeri est ainsi présente au Royaume-Uni, au Moyen-Orient, et très bientôt dans plusieurs pays d’Europe – ils ont tous adopté notre Cactus de Méditerranée! 

Bref, nous n’en sommes qu’au tout début de l’histoire de Shaeri !

Crédits Photos : Solenne Jakovsky pour Le Prescripteur

CategoriesGRL PWR Portraits

1
Poster un Commentaire

avatar
300
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] petites fleurs jaunes qui couronnent les buissons du bassin méditerranéen de mai à d’août ne sont pas que immortelles : elles sont aussi utilisées en médecine […]