L

La Bouche Rouge : quand le luxe rime (enfin) avec éco-responsabilité

Réconcilier le luxe et l’éco-responsabilité, c’est le projet de Nicolas Gerlier, fondateur de La Bouche Rouge : la première maison de rouge à lèvres à proposer des étuis fabriqués main, sans plastique et rechargeable pour une cosmétique durable. Rencontre.

Vous avez créé La Bouche Rouge à 36 ans. Une rencontre a été déterminante, celle avec Ezra Petronio le 9 septembre 2016. Racontez-nous cette rencontre…

Absolument, ma rencontre avec Ezra a été déterminante. Les artistes et la création ont une place privilégiée au cœur de la Bouche Rouge depuis sa création. Nous considérons que le design, la photographie et le processus créatif sont essentiels pour construire le monde de demain. Ils font vivre La Bouche Rouge et font résonner son message auprès des femmes. J’ai toujours été admiratif de l’élégance et de l’intemporalité du travail d’Ezra, toujours juste et beau. Je l’ai rencontré pour lui parler de mon projet, il a tout de suite été conquis. Il signe la partie esthétique de la Maison.

Je me suis dit « c’est fou, je travaille dans une industrie qui ne produit quasi que du plastique et il n’y a aucune prise de conscience autour de moi, tout le monde s’en fout ».

A côté de l’aspect esthétique certain de La Bouche Rouge, la marque défend une beauté sans plastique : comment s’est déroulée votre prise de conscience de l’urgence environnementale ?

Cela découle d’une assez longue réflexion. Après une expérience de plusieurs années au sein du groupe L’Oréal, je ne trouvais plus vraiment de sens dans mon métier, j’avais besoin de trouver un moyen de me réaligner. J’avais depuis longtemps cette idée de maison de maquillage, c’était vraiment cela mon idée première. J’ai évolué, le monde dans lequel nous vivons a évolué et donc, forcément, petit à petit s’est fait cette prise de conscience.  

Saviez-vous que chaque année c’est 1 milliard de rouges à lèvres qui sont jetés ?  

En 2015, je suis tombé sur une information qui m’a beaucoup choqué. Une info qui n’a pas du tout été largement diffusée, voir même un peu dissimulée. Pendant longtemps les pays occidentaux ont peu parlé de l’impact du plastique parce qu’ils envoyaient leurs déchets plastiques en Chine jusqu’au jour où la Chine a refusé de continuer à accepter ces déchets. Et je me suis dit « c’est fou, je travaille dans une industrie qui ne produit quasi que du plastique et il n’y a aucune prise de conscience autour de moi, tout le monde s’en fout ». Saviez-vous que chaque année c’est 1 milliard de rouges à lèvres qui sont jetés ?  

On n’en peut plus d’entendre de la beauté, de la beauté, juste de la beauté.

C’est la force de notre génération, nous avons le pouvoir de faire quelque chose qui a un impact. C’est aussi le sens de La Bouche Rouge, montrer qu’on peut réussir parce qu’on partage et qu’il n’est pas nécessaire d’attendre de réussir pour partager.  Nous plaçons les valeurs avant le reste. Je ne me voyais pas créer un énième produit, une énième marque sans placer l’écoresponsabilité et l’économie positive au cœur du projet. On n’en peut plus d’entendre de la beauté, de la beauté, juste de la beauté. Pour moi il ne s’agissait pas juste de se démarquer mais vraiment d’avoir une démarche qui ait du sens. L’engagement était nécessaire.  Aujourd’hui plus que jamais nous sommes tous interconnectés, nous n’avons pas le choix de produire et de consommer différemment.

Nous utilisons des chutes de cuir de l’industrie du luxe pour nos écrins en cuir, qui sinon seraient jetées. Cela permet de mettre en valeur l’artisanat français.

L’un des arguments fort de La Bouche Rouge est de proposer des formules vegan et des étuis vegan. La cause animale fait partie des combats de la marque ?

Pour nous, la beauté durable doit être l’équilibre parfait entre performance, design et durabilité. Nous ne faisons pas de compromis entre éco-responsabilité, performance et esthétisme. Nous évoquons le fait d’être « Beautifully Sustainable » pour faire écho à cette recherche d’équilibre.  Nous sommes constamment entrain de questionner nos développements pour faire mieux, produire différemment, réduire notre impact, améliorer nos formules. Les formules de nos rouges sont végan car ils ne nous paraissaient pas juste de tester les formules sur les animaux ou de sacrifier les abeilles et la santé des femmes.

Nous utilisons des chutes de cuir de l’industrie du luxe pour nos écrins en cuir, qui sinon seraient jetées. Cela permet de mettre en valeur l’artisanat français, sans produire de cuir « en plus ». Grâce à cela, nous retissons un lien avec des entreprises du Patrimoine français, détentrice d’un savoir-faire traditionnel inestimable. Cela permet d’obtenir des objets artisanaux, français et luxueux, exactement ce dont nous avons tous envie aujourd’hui. L’écrin existe dans une version végane pour répondre à la demande de celles qui ne souhaite pas consommer de cuir. Notre engagement est de faire mieux chaque jour pour la planète, pour celles et ceux qui produisent nos rouges à lèvres et pour celles et ceux qui les portent.

Le véritable luxe aujourd’hui, c’est la durabilité des objets et des formules.

Recharge des rouges à lèvres La Bouche Rouge

La notion de durabilité du produit est aussi essentielle avec un étui rechargeable à l’infini : comment la Bouche Rouge met le zéro déchet au coeur de sa démarche ?

Le véritable luxe aujourd’hui, c’est la durabilité des objets et des formules. Produire et consommer de manière durable n’est plus seulement une urgence, c’est désormais primordial. La Bouche Rouge entend montrer la voie pour réinventer les objets du quotidien, engager les femmes à consommer différemment et penser un monde nouveau

La clean beauty ne peut plus être qu’une histoire de formule ou de pack même rechargeable. Elle doit être holistique. Nous n’avons plus le choix…

Pour chaque développement produit, la difficulté est la même qu’au début car nous challengeons toutes les étapes de la production, de la formule, à la supply chain en passant par la traçabilité des ingrédients. Même si le monde de la beauté évolue, nous restons pionniers et pour tous les développements, nous faisons ce qui n’a pas été fait auparavant, en dehors des sentiers battus. La clean beauty ne peut plus être qu’une histoire de formule ou de pack même rechargeable. Elle doit être holistique. Nous n’avons plus le choix…

Le don et la redistribution sont au coeur de votre démarche. Quels sont vos engagements aujourd’hui et ceux que vous avez envie de prendre dans le futur ?

Au-delà des objets que nous créons, nous avons à cœur d’avoir un impact positif sur le monde qui nous entoure. C’est sur cela que mon énergie se concentre aujourd’hui et demain. Pour cela, nous reversons une partie des bénéfices à l’association Eau vive internationale, dont le but est de construire des puits au Togo. Un rouge à lèvres rechargeable acheté́ apporte 100 litres d’eau à des familles qui en manquent.

Nous développons nos produits au sein de nos propres laboratoires, sur les bords de Loire près d’Orléans. Cela nous permet d’avoir un contrôle total sur l’ensemble des étapes de production. Les matières utilisées sont sélectionnées pour leur qualité, leur efficacité mais aussi leur origine. Nous garantissons donc que les ingrédients ont été produits dans le respect de la planète et des hommes.

Le luxe est ce qui sublime le quotidien, nous ne pouvons plus soutenir un rêve qui pollue.

Etui en cuir upcyclé rechargeable La Bouche Rouge

Croyez-vous en une réconciliation du luxe et de l’éco-responsabilité ?

Absolument, c’est le futur et le pilier de la Maison. Réconcilier luxe et responsabilité. Le luxe est ce qui sublime le quotidien, nous ne pouvons plus soutenir un rêve qui pollue. Le luxe doit être responsable par essence.

Concernant la formule de vos rouges à lèvres, quels sont les critères indispensables qui ont guidé sa mise au point ?

Notre combat pour le sans plastique a été très structurant pour la création de nos formules. Nous avons développé notre propre laboratoire pour maîtriser la qualité de nos rouges à lèvres et le process de fabrication sans plastique. Les moules en silicone sont couramment utilisés pour permettre aux marques d’apposer leur logo sur le raisin du rouge à lèvres. L’empreinte s’estompe après quelques utilisations alors que les 400 millions de moules non réutilisé chaque année ne peuvent pas être recyclés. Nous coulons nos rouges à lèvres uniquement dans des moules en métal réutilisables. Nous n’utilisons pas de plastique dans nos boutiques, ni au sein de notre supply chain, même quand cela ne se voit pas, notre engagement est global.

Nous avons sélectionné des ingrédients que nous challengeons en permanence vers plus de traçabilité, de durabilité et de performance, avec une obsession : une formule pure, sans microplastique, saine pour les corps des femmes, longue tenue, confortable et dans les plus belles couleurs.

Quelle(s) couleurs conseillez-vous pour ne pas trop salir nos masques ? 

Je vous conseille notre baume rouge, qui teinte les lèvres discrètement en les hydratant en profondeur sans trop tacher le masque.

CategoriesNon classé

1
Poster un Commentaire

avatar
300
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
trackback

[…] ici !). Pourquoi on a craqué sur cette marque ? Parce que c’est la première marque de maquillage rechargeable, certifiée Bio (sauf les crayons et vernis), 100 % naturelle (sauf vernis et BB cream) et vegan. […]