Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Après les fêtes de fin d’année, vous pensez à jeûner mais l’idée d’arrêter de manger vous fait peur ? Pas de panique : les réserves d’un adulte de poids normal lui permettent de se priver de nourriture pendant une quarantaine de jours sans se mettre en danger !(1)  Mais sans aller jusque-là, sachez que jeûner pendant 16 heures ou plusieurs jours présente de nombreux bienfaits. Et si vous offriez une petite pause à votre organisme ?

Le principe et les bienfaits du jeûne

Pendant le jeûne, il s’agit de ne pas consommer de nourriture. Certains jeûneurs se contentent de boire beaucoup d’eau (au moins 2 litres par jour), d’autres boivent aussi des tisanes et des bouillons.

Jeûner est une pratique ancestrale qui permet de laisser son corps au repos le temps de quelques heures jusqu’à plusieurs jours, afin qu’il puisse remettre les pendules à zéro. Si vous ne mangez pas, vous n’avez rien à digérer et l’énergie que l’organisme utilise à la digestion peut être utilisé d’une autre manière : s’auto-nettoyer et se débarrasser de tous ses déchets par exemple !

A la clé, un organisme purifié de toutes ses toxines, un estomac soulagé, une plus belle peau, un regain d’énergie, une immunité renforcée et un esprit apaisé ! Bref, en le mettant en pause, vous faîtes du bien à votre organisme.

Les différentes formes de jeûne     

A vous de choisir la déclinaison du jeûne qui répond le mieux à vos attentes et à vos envies, les bienfaits étant de plus en plus notables lorsque la durée du jeûne augmente.

Le jeûne intermittent

Egalement appelé « fasting », le jeûne intermittent consiste à mettre son corps au repos pendant 16 heures, ce qui vous mènera à sauter un repas. Facile à mettre en place au quotidien, il s’agit par exemple de laisser s’écouler 16H entre votre dîner et votre déjeuner : en pratique, si vous avez fini de dîner à 21H, il vous faudra sauter l’étape du petit-dej et déjeuner à partir de 13H. De quoi laisser notamment le temps à l’organisme de bien digérer, l’aider à réduire le stress oxydatif, lui donner un coup de pouce pour atténuer le phénomène d’inflammation et pourquoi pas, de s’alléger un peu (sous réserve de ne pas « compenser » sur les autres repas et de ne pas abuser côté junk food par ailleurs !).

Le jeûne de courte durée (24 à 48H)

Il donne l’occasion d’un petit break à l’organisme, qui va pouvoir entamer un travail de « désencrassage ». Même s’il ne s’agit pas ici d’un nettoyage profond, cette vraie pause alimentaire va donner le temps au système digestif de se vider et procurer un effet anti-inflammatoire apaisant pour le corps.

Vous pouvez par exemple jeûner une fois par semaine, lors d’un jour où l’intégration de cette pratique à votre quotidien sera simple.

Cette approche du jeûne sur un ou deux jours vous permettra également de vous remettre en phase avec la sensation de faim, que l’on a tendance à confondre avec l’envie de manger. C’est aussi un bon moyen pour se familiariser avec le jeûne et ses bienfaits, vous rendre compte que vous êtes capable de vous passer de nourriture pendant 1 ou 2 jours sans que ce soit trop dur et peut-être vous donner envie de tenter l’aventure de la cure de jeûne !

La cure de jeûne (3 jours et plus)

Sur cette période plus longue, vous bénéficierez pleinement de toutes les vertus du jeûne. Vous réaliserez un réel nettoyage en profondeur sur le plan physique, énergétique, mental et spirituel : une véritable « remise à zéro » au cours de laquelle le corps se débarrasse de tout ce qui le pollue (c’est le phénomène de l’autolyse où toutes les cellules inutiles s’auto-détruisent et sont évacuées de l’organisme par les urines, les selles, la transpiration, etc.) et où l’esprit s’affute.

Prévoyez une mise en place en douceur car passer du tout au rien serait un peu violent pour le corps ! Quelques jours avant le début de votre jeûne, commencez à alléger votre alimentation : faîtes l’impasse sur les aliments d’origine animale et les produits raffinés. Après le jeûne aussi, prévoyez une période de transition avant le retour à une alimentation « normale » (en général, la moitié du nombre jours qu’aura duré votre jeûne, soit 3 ou 4 jours de réintroduction des aliments si vous avez jeûnez pendant 7 jours). Privilégiez les fruits et légumes et réintroduisez en dernier les excitants (thé et café sont à proscrire sur un jeûne de longue durée), les produits laitiers et la viande.

Il faut également être conscient que le jeûne de longue durée induit des conséquences physiques qui peuvent être pénibles : maux de tête les premiers jours, frilosité, mauvaise haleine, sommeil perturbé, etc. N’ayez pas peur, tous ces petits désagréments sont normaux. Mais il est rassurant de pouvoir échanger à leur sujet : d’où l’intérêt d’effectuer des cures encadrées par des professionnels, surtout les premières fois.

 

Les conseils de la naturopathe Anne-Claire Meret pour réussir son jeûne

Ne présumez pas que vous pouvez continuer à vivre la même vie pendant que vous jeûnez (si vous envisagez un jeûne de plus de 48H)

« Je trouve dommage de continuer à travailler pendant que l’on expérimente une cure de jeûne car cela prive d’une dimension essentielle de l’expérience : le lâcher-prise.  Avec le jeûne sur plusieurs jours, le corps reprend ses droits et vous cessez d’être dans le contrôle. Cela mène à un retour à soi, une période où vous ressentirez peut-être le besoin de  jouer, dormir toute la journée, marcher pieds nus dans l’herbe, prendre un bain de soleil, etc. Il faut savoir écouter ce que le corps va demander à ce moment-là. Et on ne peut pas écouter correctement si on est trop occupés par son travail et ses tâches quotidiennes. »

Ne vous lancez pas à l’aveugle dans un jeûne

« Je vous conseille de lire sur le sujet ou de regarder des vidéos avant de vous lancer, afin d’être conscient des petits désagréments qui peuvent apparaître pendant une cure de jeûne. Il y a des aspects qui ne sont pas glamour (l’hydrothérapie du colon, la mauvaise haleine, etc.), mieux vaut savoir à quoi s’attendre. Par exemple, je ne pense pas que j’irais faire une cure de jeûne en couple ! »

Choisissez le bon moment et le bon endroit pour votre cure de jeûne

« Je trouve que l’automne et le printemps sont les périodes idéales pour « remettre les pendules à l’heure » grâce à un jeûne long car ce sont les cycles naturels de l’année où le corps se nettoie. Pour les cures de jeûne, je vous conseille vraiment d’être accompagnés. Mes adresses préférées ? L’institut PranaHvital où officie mon confrère Pierre Lefèbvre ou encore les centres Jeûne et randonnée. »

Les contre-indications du jeûne

– Si vous manquez de vitalité (manque d’énergie physique ou épuisement mental), ce n’est pas la période idéale pour jeûner.

– Si vous êtes trop maigre, le jeûne de longue durée n’est pas conseillé pour vous.

– Evitez le jeûne si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

– Et demandez l’avis à votre médecin si vous suivez un traitement.

A lire pour en savoir plus :

Le miracle du jeûne d’Anne-Claire Meret et Pierre Levebvre, Ed. First

Le fasting de JB Rives, Ed. Thierry Souccar

Les secrets d’un jeûne réussi de Sophie Lacoste, Ed. Leduc.s

(1) Source : Le miracle du jeûne d’Anne-Claire Meret et Pierre Levebvre, Ed. First

 

Magalie Guilpain

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des