L

Les conseils de Sophie Trem pour une rentrée zen

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Sophie Trem diffuse sa belle énergie via son blog The Other Art of Living et ses Good Mood Class – des événements chargés en bonnes ondes à mi-chemin entre Ted Talk déjanté et atelier de développement personnel survitaminé – qu’elle organise depuis bientôt 3 ans. Et comme sa manière ultra-positive d’aborder l’existence nous inspire, on lui a demandé de nous livrer ses conseils pour une rentrée zen.

Comment fais-tu pour échapper à l’humeur morose qui accompagne souvent la rentrée ?

J’essaye de prolonger au maximum l’état d’esprit dans lequel j’étais pendant l’été ! Pourquoi se mettre des barrières du type « c’est la rentrée, je reprends mes vieilles habitudes » ? Je cherche à transposer au quotidien ce que j’ai tiré de meilleur des vacances et je fais en sorte de profiter le plus longtemps possible de tous les bénéfices de l’été sur le corps et l’esprit. Les surfeurs sont par exemple complètement dans cet esprit-là : ils entretiennent leur passion de la glisse en faisant du skate une fois rentrés de la mer et en pratiquant le snow en hiver… De mon côté, j’ai remarqué que la musique me faisait vraiment du bien et je viens d’installer un piano dans mon appartement à Paris. Je vais pouvoir jouer tous les jours, au lieu d’attendre de profiter de ce petit plaisir pendant les vacances ou les week-ends dans notre maison en Normandie !

Je n’éprouve pas de nostalgie à la rentrée car je trouve aussi que cette période est propice aux nouveaux départs.

Mais je n’éprouve pas de nostalgie à la rentrée car je trouve aussi que cette période est propice aux nouveaux départs. Or, nous avons besoin de découvrir de nouvelles choses car les automatismes créent des habitudes et des limites, qui engendrent des blocages. En général, je fais un bilan de mi-parcours de mon année en juin et je me fais plaisir pendant les vacances, je me repose, je décompresse. Une fois que j’ai l’esprit beaucoup plus clair et le physique qui va avec, je me sens prête à réattaquer, à remplir mes objectifs et à vivre de nouvelles aventures !

Alors, des bonnes résolutions pour cette rentrée ?         

Arriver à gagner du temps et arrêter d’en perdre. Il faut que je m’organise et que je gère mes priorités… J’essaie aussi de boire plus car je ne m’hydrate pas assez. Cela a notamment un impact sur l’état de ma peau : je vois une vraie différence quand je me force à beaucoup boire, ce qui permet à mon corps de mieux éliminer les toxines. Comme je n’aime pas l’eau toute seule, je suis toujours en train de chercher à varier les goûts : je mets des fruits dans mon eau, de la menthe, du romarin, du citron et du sirop d’agave, je me fais une infusion au yuzu ou j’ajoute de la poudre à la spiruline et à la chlorophylle, avec un peu de thé glacé pour le côté sucré.

Même si ce n’est que 15-20 minutes par jour, le sport me permet de déconnecter des problèmes et de faire respirer mon cerveau, c’est précieux.

Et pendant les vacances, je suis partie en famille au Club Med où j’ai redécouvert le plaisir de faire du sport. Du coup, pour rester dans la même énergie, je viens de m’inscrire dans une salle avec mon mari. Comme nos enfants avaient besoin d’affaires pour le karaté, on est allés s’acheter de nouveaux vêtements de sport : je trouve qu’avoir du nouveau matériel et réfléchir à comment optimiser ton temps te donne une dynamique. Et même si ce n’est que 15-20 minutes par jour, le sport me permet de déconnecter des problèmes et de faire respirer mon cerveau, c’est précieux.

Un conseil pour tenir ces fameuses bonnes résolutions que l’on prend au retour des vacances ? 

Surtout, ne pas se fixer trop d’objectifs ou de choses à changer à la fois, sous peine de se noyer. Soyez bienveillants avec vous-même, n’oubliez pas la notion de plaisir et ne vous donnez pas non plus des buts irréalisables. Et si vous n’arrivez pas à accomplir ce que vous avez prévu, gardez bien à l’esprit que ce n’est pas grave : si cela n’a pas marché, il doit y avoir une bonne raison derrière tout ça…

Tes conseils pour ne pas se laisser déborder dès que le quotidien reprend ses droits ?

Suivre la méthode que j’ai mise en place :

1) La posture

Bien se tenir, sinon la respiration ne sera pas fluide. Elle risque de se bloquer dans le corps, ce qui peut mener à des tensions : le cerveau n’est pas oxygéné, on ne fait pas les bons choix, on risque d’être frustré et de voir tout en noir.

2) La respiration

Elle fluctue selon nos émotions et les événements de la journée : quand on est calme la respiration est longue et profonde mais quand on est stressé, elle est courte et rapide et n’oxygène pas bien le cerveau. Essayez donc d’analyser votre respiration tout au long de la journée. Et pensez à respirer par le nez, pour que l’air puisse être réchauffé avant d’arriver aux poumons et que les narines filtrent les toxines.

3) L’instant présent

C’est la seule réalité et pourtant, nous avons tendance à nous projeter dans le futur ou à avoir des remords et des regrets. Quand on est physiquement à un endroit et que notre esprit est dans le passé ou le futur, on n’est pas connectés. Et quand on n’est pas connectés, on n’a pas toutes nos capacités et on créée des blocages dans notre vie, dans notre physique ou dans notre mental.

4) La pensée positive

L’énergie est la somme de nos forces et de nos faiblesses mentales et physiques. Nous la créons mais nous dépendons aussi de celle des autres. En revenant de vacances, nous sommes souvent dans une bonne énergie. Il faut l’entretenir mais nous subissons aussi les aléas de la vie et l’énergie des autres peut nous impacter. Mais quand nous sommes dans le négatif, il est possible de basculer à tout moment dans le positif : cet interrupteur est une mécanique mentale générée par la pensée positive, qui se traduit par « comment je fais au mieux ce que j’ai à faire ».

5) L’acceptation

C’est l’étape la plus difficile car on a souvent du mal à s’accepter soi-même parce qu’on n’est pas comme on aimerait être et on a du mal à accepter l’autre parce qu’on est en permanence dans la critique et le jugement. Il faut aussi apprendre à accepter que tout ne dépend pas que de nous. Quand on est dans le contrôle permanent, c’est l’égo qui a peur. Si on accepte que les choses peuvent ne pas se passer comme on le souhaiterait, on est dans la réalité et dans le flow. On comprend alors ses erreurs, on avance et la vie est beaucoup plus facile à gérer.

Ne pas s’endormir avec ses problèmes en tête. Le sommeil est notre meilleur allié et il faut qu’il soit le plus réparateur, le plus paisible possible.

Tes astuces no stress en cette période de rentrée ?

Ne pas s’endormir avec ses problèmes en tête. Le sommeil est notre meilleur allié et il faut qu’il soit le plus réparateur, le plus paisible possible. Donc j’essaye de me nettoyer l’esprit avant de dormir. Je mets pause, je chasse les nuages, j’y repenserai demain. Cela m’a pris des années pour comprendre qu’on pouvait repousser les problèmes et les traiter plus tard.

Autre conseil : appliquer la théorie du « ce n’est pas grave ». C’est un exercice qui permet de relativiser et que j’applique à chaque situation qui m’embête : en toute objectivité, était-ce vraiment grave si je suis arrivée avec 15 minutes de retard à ce rendez-vous ? Si je peux me dire que non, alors cela ne mérite pas que je stresse à cause de ça.

Portraits d’Emilie Roncal.

Magalie Guilpain

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des