L

Les pertes blanches, c’est quoi au juste ???

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

N’ayons pas honte, à la fin de la journée, un petit nuage se dépose souvent au fond de notre petite culotte. Un petit lac visqueux, blanc très souvent, parfois un peu vert. Ce sera le cas durant toute votre vie de femme. Bienvenue dans le monde des pertes blanches.

“On ne ment pas entre nous”

Déjà, il faut nous rappeler que chaque vulve a une odeur bien à elle – pas vraiment du Coco Chanel, mais un parfum à nous et rien qu’à nous, mais les pertes blanches ont en commun une petite odeur de pomme de terre. Vous l’aviez remarqué n’est-ce pas ? Qui n’a jamais eu la curiosité de plonger son nez au fond de sa culotte pour connaître ses petites odeurs. On ne ment pas entre nous.

Le Monsieur Propre des dames n’a pas de RTT

Le vagin est un endroit où prolifère une bactérie toute gentille : le bacille de Doederlein dont le job est d’entretenir l’écosystème de votre vagin. Le Monsieur Propre des dames n’a pas de RTT. Les pertes sont donc la preuve que la bactérie a bossé dur et assure le bon fonctionnement de votre hygiène vaginale. Le rôle de cette bactérie, nommée ici « Monseur Propre » est de passer un coup de serpillère naturelle pour purger de votre corps les cellules mortes, la sueur et la mouille que vous avez pu générer à chaque fois que vous avez songé à la personne que vous ne pensez qu’à dévêtir.

Sans cette bactérie, c’est le réchauffement climatique assuré pour votre vulve

Le but ? L’hygiène évidemment mais aussi de garantir l’humidité et l’élasticité de notre vagin. Sans humidité, sans cette bactérie, c’est le réchauffement climatique assuré pour votre propre vulve. Un vagin aussi sec que le Sahara. Notre sexe serait plus fermé que muni d’une ceinture de chasteté et assez déçu de ne pouvoir s’amuser quand bon lui semble.

Évitez de donner un rancard à un mycose

Pour éviter toute tempête climatique, limitez les serviettes, et protèges-slips qui absorbent plus qu’un buvard vos pertes blanches et assèchent du coup votre intimité. Lavez-vous en surface, jamais à l’intérieur, et évitez tous les produits soit disant “pour l’hygiène intime”. Allez au plus simple. Un gel douche normal fait tout à fait l’affaire du moment que vous lavez seulement vos lèvres. Et puis surtout, SURTOUT, ne portez jamais de culotte dont la zone intérieure qui touche votre sexe ne soit pas en coton. Ce serait l’occasion rêvée de donner un rancard à une mycose.

 

Et si vos pertes sont volumineuses ?

Attention cependant, si vos pertes blanches sont très abondantes, ce n’est pas bien grave mais il faut être vigilante. Il existe plusieurs raisons : soit, vous êtes enceinte. Contente ou pas. Il faut le savoir. Les cellules présentes en surface du vagin se renouvellent en permanence pendant la grossesse d’où un auto-nettoyage plus fréquent. Cela peut aussi tout simplement dire que vous vous lavez trop et que votre vagin doit se débarrasser de toutes les mauvaises choses avec qui il est entré en contact.

Les femmes qui font beaucoup l’amour ont souvent plus de pertes

Même si faire pipi aide à nettoyer chaque rapport sexuel, votre petite bactérie toute gentille a aussi son travail à faire après toute partie de jambes en l’air. Plus vous jouez sous la couette, plus vous lui donnez du travail. Songez à lui donner une augmentation en fin d’année…

Et si ça gratte ?

En revanche, si ces pertes vous grattent, vous brûlent, ce n’est pas normal. Les pertes ne doivent pas provoquer d’irritations. Sans compter que même si les pertes blanches ont une petite odeur, elles ne sentent jamais mauvais. Si par contre, vous trouvez qu’elles parfument beaucoup trop votre culotte, c’est que vous avez surement une mycose. Alors, on file à la pharmacie fissa et voilà.

Pas de conclusion hâtive cependant : nous sommes toutes différentes

N’oubliez cependant pas que tout cela reste une généralité. Pas de conclusion hâtive cependant : nous sommes toutes différentes. Certaines femmes ont des pertes plus abondantes que d’autres par nature, car elles lubrifient davantage et ont souvent un taux de fertilité élevé. Les pertes en disent beaucoup sur nous. Quand elles sont légèrement jaunes, parfois un peu fluo, c’est que vos règles arrivent bientôt par exemple. Si elles deviennent élastiques et quasi transparentes (un peu comme du blanc d’oeuf) : vous êtes en pleine période de fécondité…

Bref, filez faire un tour dans les coulisses de votre culotte, vous en saurez un peu plus sur vous et pourrez suivre le rythme de votre corps mois après mois.

 

Le Salon des Dames

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des