L

Lionel Erdogan, entre série Netflix et théâtre du Palais Royal

On vous présentait Marilou Aussilloux sur le blog, elle partage l’affiche de la série Netflix « Révolution » avec Lionel Erdogan. Aussi à l’aise à l’écran que sur les planches, Lionel nous parle des coulisses du tournage Révolution et nous invite au théâtre pour le voir jouer dans Edmond d’Alexis Michalik…

Tu tiens l’un des rôles principaux dans la série Révolution disponible sur Netflix. Tu y joues aux côtés de Marilou Aussilloux. Quelle a été votre complicité sur le tournage ?

Avec Marilou ça été évident et simple tout de suite! On a passé des essais ensemble car la production voulait voir si le couple fonctionnait et ça s’est très bien passé. On a beaucoup beaucoup rigolé, mais aussi beaucoup bossé, c’était vraiment très agréable! Marilou a vraiment une super énergie, c’est une magnifique comédienne. 

Lionel Erdogan et Marilou Aussilloux dans Révolution

La Révolution est une fiction qui traite de la genèse de la Révolution française où la magie noire occupe une place importante. C’est ce qui t’a plu dans le scénario ?

Je dirais que plus largement c’est le coté fantastique de la série qui m’a plu. Prendre un évènement aussi connu que la Révolution comme toile de fond et décider de s’amuser et de s’affranchir de tous ses détails pour créer notre propre histoire était très excitant ! Et puis le personnage d’Albert était tellement riche, entre combats et séquences d’émotion, c’était un vrai cadeau que me faisait Aurélien Molas (l’auteur). 

La série est particulièrement trash. Certaines âmes sensibles ont du mal à regarder toutes les scènes, as-tu eu le même sentiment lors du tournage ?

Pas vraiment… au début ! On avait conscience évidemment que certains moments de la série étaient un peu « gores », mais ça ne m’avait pas vraiment frappé pendant mes séquences… jusqu’au moment où nous avons tourné une scène de groupe dans une taverne, dans l’épisode 7, ou tous les « clients » avaient été « mangés » par les méchants… Honnêtement, c’était incroyablement bien fait… flippant!

Peux-tu nous raconter une anecdote particulière de tournage ? 

La première fois que je suis arrivé sur les décors de la série à Bry sur Marne, en région parisienne, c’était incroyable ! J’étais comme un gamin! Tout était si réel ! L’équipe déco a fait un boulot de dingue ! Je me baladais dans les (fausses) rues, je poussais des portes derrière lesquelles il n’y avait absolument rien mais c’était tellement bien fait… Pour le fan de ciné que je suis, découvrir ça, c’était vraiment inoubliable ! 

Le couvre-feu invite à de longue soirées Netflix… Si on a terminé la saison 1, tu nous conseilles de regarder quoi ?

Perso j’adore les documentaires ! Je vous conseille « Sports d’ailleurs », une série de docs sur des sports originaux et les communautés qui les pratiquent, c’est assez bluffant ! Et l’autre série, encore du docu(!), c’est « MOVE » sur des danseurs et des chorégraphes du monde entier, c’est puissant. 

Lionel Erdogan – Crédit photo © Arnaud Juherian

Tu joues toujours dans la pièce Edmond. On se lasse pas de jouer cette pièce qui tourne depuis plusieurs années maintenant ?

C’est un tel bonheur de jouer dans cette pièce ! Alexis Michalik a fait un boulot incroyable vraiment ! J’avais adoré EDMOND en tant que spectateur, alors jouer dedans, c’est un plaisir incroyable ! L’équipe est formidable, le théâtre est magnifique, la pièce est belle et dans un moment où la culture est vraiment bousculée c’est, pour moi, impossible de me lasser ! Et puis, nous sommes en alternance sur les rôles donc d’une semaine à l’autre nos partenaires changent, il n’y a pas vraiment de routine!

Quels sont tes projets du moment ?

Et bien nous jouons encore EDMOND le week-end ! Et je viens de commencer un 8×52 min pour France télévision jusqu’au mois de mars, « L’absente », produit par Sophie Révil (Escazal films). 

CategoriesCinéma Lifestyle

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de