L

Lola Le Lann se jette à l’eau et plonge dans la pop !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Lola Le Lann sort de l’ombre en 2015 lorsqu’elle décroche l’un des rôles principaux dans Un moment d’égarement aux côtés d’Alice Isaaz, François Cluzet et Vincent Cassel. Quatre années plus tard, Lola revient à son premier amour : la musique, avec la sortie de son premier album cette année. Fille de l’actrice et cinéaste Valérie Stroh et du trompettiste Eric Le Lann, Lola dévoile aujourd’hui son tout premier titre « Lola à l’eau ». Un plongeon dans la pop française…

Tu es bercée par la musique depuis toute petite. Que te faisaient écouter tes parents quand tu étais enfant ?

Ils me faisaient écouter : João Gilberto, Pink Martini, Ella Fitzgerald, Chet Baker, Charles Trenet, Philippe Katerine, Gainsbourg, Henri Salvador, Martial Solal, Sarah Vaughan, Louis Armstrong, George Benson, Aretha Franklin, James Brown, Nat King Cole, les Beattles, Edith Piaf, Nino Ferrer, Polnareff, Nina Simone, Miles Davis, Bill Coleman, Julien Clerc, Lee Morgan, Archie Shepp… Et j’ai évidemment écouté les disques de mon père en boucle avec ma sœur quand ils sortaient !

Tu joues du piano depuis l’enfance, et tu t’es formée à l’académie vocale de Paris. As-tu en tête depuis longtemps de te lancer dans la chanson ?

Je n’ai pas en tête depuis longtemps de me lancer dans la chanson, la musique a toujours été comme une rigueur de vie, un élément du quotidien et j’ai souvent pensé qu’elle me servirait plus tard, que ce soit à travers des projets musique ou cinéma.

Quel a été le déclic pour mettre de côté tes projets cinéma pour te consacrer à la musique ?

Rien n’a été mis de côté : rien n’est compartimenté. Mes projets cinéma se nourrissent de mes projets musique et réciproquement ! Tout s’imbrique et correspond.

Le message que je voulais faire passer c’était sois « tout-terrain » un peu comme la voiture amphibie : prends des risques, les arts se nourrissent entre eux, ai soif d’aventure et de nouveaux horizons.

Aujourd’hui tu sors ton tout premier single, annonciateur d’un premier album cette année, peux-tu nous parler de ce premier titre…

Le message que je voulais faire passer c’était sois « tout-terrain » un peu comme la voiture amphibie : prends des risques, les arts se nourrissent entre eux, ai soif d’aventure et de nouveaux horizons. J’ai voulu à travers cette chanson partir à la rencontre de nouveaux terrains, et me « jeter à l’eau » : en allant exploiter plusieurs formes d’arts (ici je pars à la rencontre d’un nouveau terrain qu’est la pop). Faire le pont entre musique et cinéma c’est ce qui m’intéresse. « Lola à l’eau » c’est un peu comme si une partie de moi parlait à l’autre pour l’encourager à faire le grand saut et sortir de son phare. C’est aussi un clin d’œil à la transmission.

Ce titre est la facette solaire de l’album.

Ce titre représente-t-il parfaitement le contenu de ton album à venir ? 

On retrouve beaucoup d’influences des années 80 mais c’est d’abord un titre solaire, instinctif et élégant que je recherchais  Il m’inspire l’aventure ! Ce titre est la facette solaire de l’album, et à travers ce dont il parle c’est avant tout un super titre de présentation et d’arrivée dans la pop.

Photos © Laura Pelissier

Charlotte D.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des