L

Lucie Boujenah : de Edmond à… Marianne sur Netflix !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Un an après avoir rencontré Lucie Boujenah à l’occasion de la sortie du film Edmond d’Alexis Michalik, nous l’avons retrouvée autour d’un café pour discuter de… Marianne. Entre rires grinçants et portes qui claquent, Lucie nous a parlé de son rôle dans cette nouvelle série Netflix qui sort aujourd’hui. 1-2-3 Tremblez partez !!

Comment t’es-tu retrouvée dans le casting de Marianne ?

Grâce au directeur de casting qui était le même que celui d’Edmond ! J’ai passé les auditions et ensuite j’ai rencontré Samuel Bodin, le producteur du film. On s’est vus au moins quatre fois, avec Victoire Dubois qui est l’actrice principale, afin de faire les essais. Ça a marché puisque je suis là !

Peux-tu nous faire un résumé de Marianne ? 

C’est l’histoire de Emma, une jeune romancière acerbe qui écrit des romans d’horreurs pour adolescents et qui découvre que les personnages monstrueux qu’elle a créés dans ses livres sont réellement en train de prendre vie, dont Marianne, une vieille dame qui compte lui faire vivre un supplice ! J’ai bien aimé car c’est équilibré, il y a beaucoup d’humour, ça apporte de la légèreté et on respire un peu entre deux pics de stress !

Quel rôle joues-tu ?

Je suis l’assistante d’Emma, son agent littéraire. Au début, Victoire joue un personnage assez antipathique, je suis un peu l’agent-amie-larbin qui se fait embarquer dans l’histoire parce qu’elle n’a pas le choix. C’est un peu mon personnage qui fait entrer le spectateur dans l’histoire et qui l’accompagne dans l’intrigue afin de découvrir ce qu’il se passe !

Qu’est ce qui t’a attirée dans le scénario ?

J’ai toujours rêvé de jouer dans un film d’horreur, même si ma mère m’en a fait regarder très jeune et que j’ai été traumatisée ! Je suis suffisamment stressée pour ne pas me rajouter des angoisses comme ça (rires), mais quand on sait que c’est faux, on n’a pas peur ! Quand j’ai reçu le scénario et que j’ai lu, j’ai eu un peu peur. Le scénario marchait donc bien.

Tu n’as jamais eu peur sur le tournage ?

Non, parce qu’on avait une certaine distance vis-à-vis de ce qu’il se passait. C’est un peu comme si on était des enfants qui se déguisaient en sorcières pour rire ! En revanche j’ai eu très peur un soir où je rentrais à l’hôtel avec un ami de tournage. On logeait dans un petit hôtel un peu glauque perdu en Bretagne, il n’y avait pas de réceptionniste. On s’est séparé pour retrouver nos chambres respectives et un peu plus tard, on a entendu hurler dehors dans la nuit ! Mon ami m’a envoyé un sms en me demandant si j’avais entendu… J’étais en panique (rires) ! En fait c’était Victoire qui était dehors, ça faisait 30 minutes qu’elle attendait et qu’elle ne pouvait pas rentrer dans l’hôtel. Elle criait d’énervement parce qu’elle n’avait plus de batterie, personne ne venait lui ouvrir et elle était coincée dehors ! J’ai eu bien peur (rires) !

Le tournage s’est déroulé sur 4 mois. Un rythme intensif pour tourner 1 saison !

Le rythme a été soutenu c’est vrai, on a tourné 8 épisodes en 4 mois et pourtant l’ambiance a été géniale grâce à Samuel Bodin ! C’est un artiste, un cinéphile et il est très calme.

Comment vois-tu ton avenir dans le cinéma ?

Je me laisse porter car ça ne dépend pas beaucoup de moi mais plus du désir des autres, à moins de me mettre moi-même à la réalisation, ce qui n’est pas mon cas pour le moment. Dans un futur immédiat, il n’y a pas longtemps j’ai donné mon accord pour un projet qui n’est pas encore financé, donc c’est un peu tôt pour en parler, on verra !

Pour frémir, c’est en-dessous :

Aliénor de Perier

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des