M

Miranda Gray : la révolution du cycle féminin

Très largement reprise mais encore peu connue, Miranda Gray est l’autrice de Lune Rouge : les forces du cycle féminin dans lequel elle transmet aux femmes une connaissance d’elles-mêmes et de leurs cycles venue du fond des âges mais parfaitement adaptée au monde moderne afin de leur permettre de vivre pleinement leur féminité. La sortie en France de son dernier livre, Les Quatre Déesses du cycle féminin, a été l’occasion d’un entretien forcément un peu … magique.

A quel moment de ta vie et pourquoi t’es-tu intéressée à la lune et aux cycles menstruels?

J’avais vingt ans et quelque lorsque j’ai commence à travailler en tant qu’illustratrice freelance, et il était evident pour moi que ma créativité fluctuait selon la phase du cycle menstruel dans laquelle je me trouvais. Mon cycle était pour le moins irrégulier, et je savais que pour pouvoir gérer mon rythme de travail correctement il fallait que je trouve un moyen d’être en phase avec mes différentes énergies pour pouvoir mener à bien les taches créatives comme administratives.

Au même moment j’ai commencé à m’intéresser à la spiritualité d’un point de vue féminin – j’ai une forte connection avec la Féminin Divin depuis que j’ai 10 ans. J’ai commencé à rechercher les récits de sagesses féminines dans la mythologie et le folklore pour expliquer les variations d’état de conscience, de capacité de travail et d’énergie que je ressentais à chaque phase de mon cycle ; j’étais également à la recherche d’un langage, de mots et d’images qui me permettraient de décrire au mieux ces expériences. C’est dans ces histoires que j’ai découvert la Déesse Mère qui représente le rythme de l’Univers : celui-ci s’exprime dans les cycles de la Lune, de la Terre et des femmes.

Je pense que le changement le plus positif auquel j’ai assisté est de voir un nombre croissant de femmes manifester une envie de vivre en harmonie avec leur nature cyclique.

Miranda Gray

Lune Rouge a été publié pour la première fois en 1994, et pourtant il correspond parfaitement aux préoccupations actuelles des femmes et à leur volonté de se reconnecter avec elles-mêmes. A ton avis, qu’est-ce qui a changé en 20 ans?

Je pense que le changement le plus positif auquel j’ai assisté est de voir un nombre croissant de femmes manifester une envie de vivre en harmonie avec leur nature cyclique. A l’époque où Lune Rouge a été publié pour la première fois, il a suscité peu d’intérêt car la plupart des femmes envisageaient leur cycle menstruel uniquement comme un désagrément ou comme le moyen d’avoir un enfant.

Mon “moi” d’alors serait enchantée de savoir à quel point Lune Rouge a changé en mieux la vie des femmes et la façon dont elles appréhendent leurs cycles – même si elle serait également choquée d’apprendre qu’il a fallu 20 ans pour atteindre ce niveau de conscience ! Pourtant ces 20 ans qui ont passé nous ont aussi apporté de grandes avancées dans la manière de communiquer, et c’est la faculté qu’ont à présent les femmes du monde entier de partager leur histoire et leurs expériences qui renforce la validation de la reconnaissance de notre nature cyclique et tous les bénéfices de vivre en harmonie avec elle.

Tu commences souvent tes livres par un conte. Pourquoi avoir choisi cette forme de récit ? Et comment as-tu sélectionné les 4 Archétypes qui sont devenus majeurs dans ton enseignement ?

Je commence souvent mes livres par une “histoire de sagesse” parce que c’est ainsi que l’information vient à moi. Les livres ont tendance à détailler les concepts, tandis que je souhaite ici que les femmes aient directement accès à l’information à un niveau subconscient. De cette façon, l’information engage les lectrices d’une manière beaucoup plus profonde et plus grande qu’elle ne l’aurait fait en s’adressant uniquement à l’intellect – elles deviennent le personnage, elles ressentent ses émotions et participent à ses expériences ; elles marchent à ses côtés, rencontrent les autres protagonistes… Cette expérience résonne comme “vraie” même si elles ne peuvent pas la rationaliser. Cette façon de raconter s’inscrit également dans une tradition feminine très ancrée d’apprentissage par le récit.

Je n’ai pas choisi les 4 Archétypes Féminins, j’ai simplement remarqué qu’ils étaient présents chez moi comme chez les autres femmes. J’ai ensuite été rechercher des mythes issus de la sagesse féminine pour m’aider à trouver des intitulés et des mots pour décrire les différentes énergies et experiences que nous incarnons durant chaque phase. Il existe beaucoup de titres et de noms différents pour qualifier ces Archétypes, mais j’utilise toujours des descriptions pour que chaque femme puisse les relier à ses propres traditions culturelles et leur donner les noms qu’elles lui évoquent.

Si on s’intéresse à l’Histoire, on constate que beaucoup de sociétés patriarcales ont forcé les femmes à se soumettre pour pouvoir ainsi contrôler leurs énergies : l’énergie féminine, lorsqu’elle est libérée, est puissante, et c’est la variabilité de notre nature, de nos énergies, de nos capacités, qui fait notre force – et qui représente également la plus grande menace pour ceux qui souhaitent preserver la hiérarchie, la rigidité et le contrôle

Miranda Gray

Tes 4 archétypes proviennent d’un ancien temps où les femmes possédaient une grande connaissance de leur nature profonde. Selon toi, comment ce savoir s’est-il perdu puis retrouvé aujourd’hui?

Si on s’intéresse à l’Histoire, on constate que beaucoup de sociétés patriarcales ont forcé les femmes à se soumettre pour pouvoir ainsi contrôler leurs énergies : l’énergie féminine, lorsqu’elle est libérée, est puissante, et c’est la variabilité de notre nature, de nos énergies, de nos capacités, qui fait notre force – et qui représente également la plus grande menace pour ceux qui souhaitent preserver la hiérarchie, la rigidité et le contrôle. Il n’en faut pas beaucoup pour détruire une sagesse traditionnelle : il suffit d’en supprimer le langage verbal et visuel pour qu’elle se perde en quelques générations. On en a la preuve si on regarde la mythologie et les récits anciens. On trouve beaucoup d’histoires sur la Jeune Fille et la Mère, qui sont largement acceptées dans les sociétés patriarcales ; beaucoup moins sur l’Enchanteresse et la Sorcière de l’Hiver, et les seules qui nous restent nous les présentent majoritairement de façon négative.

Il faut qu’il y ait suffisamment de gardiennes de la sagesse féminine dans le monde afin que ces informations ne se perdent plus jamais.

Miranda Gray

Pour redécouvrir ces savoirs anciens, il nous suffit de nous observer : notre corps, nos cycles, ainsi que ceux de la Terre et de la Lune. Mais ça n’est pas si facile ! Si les femmes n’ont pas conscience qu’elles passent à côté de ces connaissances, si elles ont été élevées dans une société où ces savoirs sont ignorés, il n’y a pas de raison ou de personne qui pourra les aider à aller les chercher. Mon plus grand espoir est que mes livres puissent aider suffisamment de femmes à se rendre compte qu’il leur manque quelque chose, qu’elles puissent découvrir et connaître leurs cycles par elles-mêmes de façon à pouvoir ensuite appliquer cette connaissance pour rendre leur vie meilleure. Il faut qu’il y ait suffisamment de gardiennes de la sagesse féminine dans le monde afin que ces informations ne se perdent plus jamais.

Durant ta conférence à Glastonbury en 2019 intitulée “The Crow on the Cradle”(“Le corbeau sur le berceau” ndlr), tu affirmes que nous vivons dans une société dominée par l’Archétype de la Jeune Fille. Pourquoi ?

Durant la phase de la Jeune Fille – qui correspond à la phase menstruelle de pré-ovulation- beaucoup de femmes trouvent que leur énergie augmente, que leur intellect et leur égo dominent. Elles peuvent désirer fortement s’atteler à des projets avec des objectifs et des buts personnels, elles souhaitent générer du succès, grandir et réussir pour elles-mêmes. Elles ont la volonté d’avoir et d’être plus, ce qui est perçu dans la phase de la Jeune Fille comme un signe de succès, de développement et de réussite individuelle.

Nous vivons dans un monde dominé par la Jeune Fille parce que la société n’encourage et ne met en avant que cet Archétype. A tel point que les femmes tentent de supprimer les autres Archétypes qu’elles portent en elles pour être en accord avec ce que leur demande la société.

Miranda Gray

Lorsqu’on regarde notre société moderne, on voit que les énergies correspondant à l’Archétype de la Jeune Fille sont bien plus mises en avant que d’autres qualités comme l’empathie et l’altruisme, l’inspiration créative et l’intuition, ou la connaissance et la conscience spirituelles – qui sont les énergies dominantes des autres phases du cycle. Nous vivons dans un monde dominé par la Jeune Fille parce que la société n’encourage et ne met en avant que cet Archétype. A tel point que les femmes tentent de supprimer les autres Archétypes qu’elles portent en elles pour être en accord avec ce que leur demande la société.

L’obscurité menstruelle est un temps de guérison, spirituel, dédié à l’âme et à la gestation du cycle suivant. L’obscurité procure un espace protégé dont nous avons besoin pour nous restaurer, afin de laisser entrer de nouvelles choses dans notre vie. Pour nous ce n’est pas une fin mais un commencement.

Miranda Gray

Durant cette même conférence tu soulignes l’importance de l’obscurité : comment pouvons-nous accueillir sereinement cette phase de notre féminité/ de notre cycle?

Dans l’obscurité nous ne pouvons pas voir où nous allons, nous pouvons seulement sentir le chemin. Si nous avons appris uniquement à utiliser notre partie rationnelle pour “voir”, alors l’obscurité apporte l’aveuglement et l’inconnu, et de ce fait l’égo crée des ombres dans l’obscurité puisqu’il craint ce qu’il ne peut voir. Si nous avons appris à percevoir les choses de manière linéaire, nous craignons que l’obscurité ne soit la fin et qu’on ne puisse en sortir. Toutefois, si nous apprenons plutôt à voir ce voyage vers l’obscurité comme celui qui nous conduit au centre de notre être pour toucher le visage du Divin Féminin, cela devient un voyage vers nous-mêmes. Si nous apprenons que la menstruation est comme un sommeil, alors nous verrons l’obscurité comme le royaume des rêves, de la guérison, de la restauration. Si nous apprenons que les choses ne sont pas linéaires mais cycliques et que le chemin menant à l’obscurité n’est pas une fin mais le début d’un nouvel itinéraire vers la lumière, alors cela devient un voyage vers l’espoir et les nouveaux commencements.

L’obscurité menstruelle est un temps de guérison, spirituel, dédié à l’âme et à la gestation du cycle suivant. L’obscurité procure un espace protégé dont nous avons besoin pour nous restaurer, afin de laisser entrer de nouvelles choses dans notre vie. Pour nous ce n’est pas une fin mais un commencement.

Tes livres parlent des cycles menstruels, et pourtant ils sont destinés à toutes les femmes, pas seulement à celles qui ont un cycle ou même un utérus. Pourquoi ?

La compréhension des Archétypes apporte une conscience positive de la vie aux femmes de tous âges.

Les quatre Archétypes Féminins sont en nous, que nous ayons ou non un cycle ou un utérus. Ils font partie intégrante de qui nous sommes, car ils représentent différents niveaux de perception : intellectuelle, émotionnelle, intituitive, spirituelle au niveau de l’âme, ainsi que les différentes énergies et dynamiques que nous abritons.

Le centre énergétique de l’utérus est également influencé par sa connexion à la Terre et à la Lune, ce qui fait que même les femmes ne vivant pas leur cycle physiquement peuvent le vivre énergétiquement. Lorsque nous prenons conscience de la façon dont chaque Archétype et son énergie associée vivent en nous, et que nous comprenons cet aspect de nous-mêmes – ce qu’Elle veut exprimer, ce qu’Elle requiert pour son bien-être – alors nous avons la capacité de créer l’harmonie et l’équilibre en nous-mêmes et de profiter du plaisir et des cadeaux que chacune nous apporte. Cette compréhension est particulièrement importante pour les femmes en période de pré-ménopause ou de ménopause, moments durant lesquels le cycle change et où les Archétypes se manifestent de façon chaotique ; la prédominance de l’un ou de l’autre peut créer des perturbations intenses de vie et un sentiment de confusion.

Toujours à Glastonbury tu soulignais que les femmes peuvent être déconnectées de leur cycle du fait de leur mode de vie et/ou par la prise de médicaments. Est-il possible de maintenir cette connection avec son cycle lorsqu’on prend la pilule ou qu’on est en chimiothérapie par exemple ?

Le centre énergétique de l’utérus est influencé par les énergies de la Terre et par celles du cycle de la Lune. Pour les femmes qui n’ont pas de cycle, et quelqu’en soit la raison, elles peuvent continuer à vivre des cycles sur le plan énergétique en mettant en place les activités associées à chaque phase lunaire et décrites dans mes livres, La Femme Optimale et Les Quatre Déesses du cycle féminin.

Ainsi, une femme entreprendra les activités liées à la pré-ovulation et à l’Archétype de la Jeune Fille durant la phase croissante de la lune, des activités liées à l’ovulation et à la Mère durant la phase de pleine lune, des activités liées à la phase pré-menstruelle et à l’Enchanteresse durant la phase de lune décroissante, et enfin des activités liées à la phase menstruelle qui est celle de la Sorcière de l’Hiver durant la phase de nouvelle lune.

Ces activités permettent de construire un cycle énergétique dans le corps physique (puisque nous changeons de type d’activités à chaque phase) mais aussi dans le corps mental, émotionnel ainsi que dans le subconscient. Cela peut être très utile aux femmes qui prennent la pilule ou qui suivent un traitement médical car le corps va pouvoir suivre ces schémas énergétiques qui lui permettront de se ré-aligner plus facilement à l’arrêt du traitement.

Qu’est ce que le “Worldwide Womb Blessing” (la bénédiction mondiale de l’utérus ndlr)?

C’est une méditation internationale et une benediction énergétique destinée à toutes les femmes qui a lieu cinq fois par an. Le but de cette “Womb Blessing” est d’aider les femmes à manifester leur féminité authentique en réveillant les aspects des 4 Archétypes Féminins quo ont été déconnectés ou supprimés, ou qui sont en sommeil chez elles. Le succès de cette “Womb Blessing” tient au fait que les femmes ont senti que quelque chose manquait dans leur vie et ont réalisé que la connection à leur nature cyclique est la source d’un sentiment de complétude et de bien-être.

“The Worldwide Womb Blessing” et mes livres vont ensemble : la bénédiction aide les femmes à prendre le chemin d’une féminité entièrement retrouvée en réveillant certains aspects des Archétypes ; dans le même temps, mes livres les aident à vivre une vie en accord avec leur cycle qui leur permet d’en accueillir pleinement les phases, de profiter des énergies et des cadeaux que chacune leur apporte. Elles peuvent ainsi se construire une vie de femme à la fois belle, riche et diverse, creative et sensuelle, spirituelle et joyeuse.

Le but de la “Womb Blessing” est de partager librement l’éveil de l’énergie féminine avec autant de femmes que possible à travers le monde, de façon à ce qu’elles puissent être pleinement femmes et vivre leur meilleure vie de femme.

Lorsque les femmes vivent pleinement leurs cycles en accord avec leurs énergies féminines, elles donnent à leur partenaire masculin l’opportunité unique d’expérimenter les cycles de l’Universel Féminin dans leur corps et leur être.

Miranda Gray

Et comment les hommes peuvent-ils vivre avec ces femmes pleinement femmes?

Lorsque les femmes vivent pleinement leurs cycles en accord avec leurs énergies féminines, elles donnent à leur partenaire masculin l’opportunité unique d’expérimenter les cycles de l’Universel Féminin dans leur corps et leur être. Chaque phase et chaque Archétype génèrent une relation differente à sa masculinité : la Jeune Fille inspire le jeune explorateur, la Mère appelle à l’homme et au père empathique, l’Enchanteresse révèle en lui le sorcier, tandis que la Sorcière d’Hiver le relie au Sage qui siège au plus profond de son être. Le cycle devient une danse menée par les archétypes féminins, qui invitent les archétypes masculins à danser avec elles. Ainsi, un homme peut découvrir sa vraie nature grâce à ce dialogue avec les archétypes féminins. C’est un pas de deux, un jeu de miroirs, une harmonie fluide et adaptive, faite de changements de tempo, de joie, de rires et d’amour.

Les femmes qui sont centrées, en connexion avec leur nature cyclique, apportent également un large éventail de compétences  qui les rendent à la fois puissantes et uniques dans leur travail. Lorsque les femmes ont la liberté de partager avec leurs collègues masculins ces compétences adaptées à chaque phase, la repartition des rôles et des tâches peut être établie en fonction des aptitudes qui émergent à chaque phase du cycle. Dans mon livre Lune Rouge – vie professionnelle je présente les différents moyens permettant aux femmes évoluant dans un environnement de travail mixte d’y améliorer la communication, l’efficacité et les performances.

Dans ton dernier livre Les 4 Déesses du Cycle Féminin, tu détailles le calendrier émotionnel que tu conseilles aux femmes de tenir durant leur cycle afin d’en saisir les différentes phases. Pourquoi est-ce important de surveiller chaque jour notre cycle et d’y associer les rituels appropriés?

Pour redécouvrir notre nature cyclique et les cadeaux que peut nous offrir notre bien-être, nous devons observer ce que nous vivons afin d’identifier quel Archétype s’exprime à travers nous. Comme la Lune, nous les femmes sommes cycliques – nous changeons un petit peu chaque jour, et il peut être difficile de noter ces changements. Cependant, si on compare une semaine avec la précédente, les changements, dans les phases de la Lune comme dans les nôtres, deviennent plus visibles. Comme avec la Lune, dont nous ne pouvons percevoir le cycle entier, nous voyons uniquement la phase dans laquelle nous sommes. Consigner nos experiences sous forme de tableau pour chaque phase crée un miroir qui reflète la totalité de ce que nous sommes en tant que Femme Cyclique.

Si on ne fait que lire un livre et puis rien d’autre, ou noter nos sentiments chaque jour et puis rien d’autre, rien ne changera pour nous. Nous devons vivre une relation interactive avec nos Archétypes. Nous avons besoin de les reconnaître, de les accueillir, de les laisser s’exprimer librement, et d’utiliser les cadeaux qu’ils nous font dans notre vie quotidienne et spirituelle afin de générer un bien-être et un équilibre intérieurs.

Dans notre monde si occupé et stressé, il peut être difficile de demeurer conscient de l’Archétype qui est présent en nous et des énergies subtiles qu’elle apporte. Des rituels quotidiens comme ceux décrits dans L’Eveil de l’énergie féminine et des outils associés comme Lune Rouge, l’oracle pour décrypter les différents messages et affirmations peuvent nous aider à percevoir l’Archétype en nous, à écouter sa voix nous guider, et à toujours nous souvenir de la femme extraordinaire, belle, puissante, créative, spirituelle et sensuelle que nous sommes.

Son site https://www.mirandagray.co.uk
Son Insta@mirandagray.author

CategoriesNon classé

Poster un Commentaire

avatar
300

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de