N

Nina Lili J. – Le feu et la classe

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

À tout juste 24 ans, Nina Lili J. compose, écrit, produit et interprète sa musique, une électro poétique et planante qu’elle compose librement depuis son adolescence. Sa personnalité et sa voix rayonnantes ont déjà interpellé quelques pointures du milieu qui l’ont invitée sur leurs titres (Thylacine, Dimsum) (à ne pas rater également sa reprise de Céline Dion sur son compte Insta). Mais c’est aujourd’hui en solo qu’elle revient présenter son premier titre en français Volcano, une histoire de passion et de sable chaud qui nous a séduites illico.

Entretien avec une fille qui a plus d’un titre (plus de 500 dorment dans ses tiroirs !) et d’un tour dans son sac.

Quelle est l’inspiration derrière ton nouveau titre Volcano?

En zappant sur des story Instagram, je suis tombée sur ce couple marchant sur un volcan, ça m’a immédiatement inspirée de parler d’un couple qui vit un moment fort de son histoire sur une île volcanique où la pluie serait chaude, l’homme est fasciné par la fille, et c’est lui qui prend la parole sur les parties « t’es belle comme une fille… », ensuite les parties refrain viennent plus de mon rapport au couple, une envie de passion et en même temps un besoin très fort d’indépendance, l’envie de vivre le présent, de rêver ensemble sans penser à construire. 

Les parties refrain viennent plus de mon rapport au couple, une envie de passion et en même temps un besoin très fort d’indépendance, l’envie de vivre le présent, de rêver ensemble sans penser à construire. 

Tes premiers E.P Heal et Dune étaient en anglais, pourquoi avoir choisi le français pour ce nouvel opus?

Je travaille avec un ingénieur du son qui mixe mes morceaux depuis un an et c’est lui qui m’a insufflé l’envie d’écrire en français, ce que j’ai commencé à faire en mai. J’ai eu beaucoup de difficulté à trouver mon style et la manière de poser les mots sur les premières démos. Puis un soir j’ai fait Volcano de manière assez instinctive, c’est en sortant de ma zone de confort que j’ai eu le déclic, en ne retouchant pas trop au premier jet (contrairement à mes prods en anglais que j’ai l’habitude de peaufiner longuement). Depuis j’ai écrit beaucoup de morceaux en français et j’ai le sentiment d’avoir vraiment trouvé mon style et la méthode de travail qui convient à la langue.  

Mon but, ma drogue quand je travaille c’est l’émotion.

Volcano est très lumineux, à quoi vont ressembler les autres titres de ce nouvel E.P?

Les autres titres restent dans cette énergie, en terme de production il y aura une réelle cohérence même si chaque morceau aura sa propre identité et son histoire. Je recherche une intensité, sans que ce soit épique ou trop riche en terme de production. D’ailleurs l’une des différences majeures avec mes productions en anglais est le nombre de pistes, il y en a très peu sur mes morceaux en français. Je suis dans quelque chose de plus minimaliste et c’est l’un des points communs entre les morceaux du prochain EP. Mon but, ma drogue quand je travaille c’est l’émotion. Plus que les sons ou la qualité de la voix, ce que je recherche c’est l’émotion. Si je ne la ressens pas rapidement en commençant une démo c’est que je ne suis pas sur la bonne voie.  

Tu écris, interprètes et produis tes titres et tes clips ; quelles sont tes inspirations en musique et ailleurs?

Mes influences musicales viennent de la pop, du rock indé que j’écoutais beaucoup ado, du rap et de musiques de films pour le côté intense, grandiose et visuel. Je n’envisage pas un morceau sans me faire le film en même temps dans ma tête. J’écoute aussi beaucoup de musique grand public, je trouve souvent que les morceaux de pop anglophone, quelle que soit la qualité de la prod, ont une capacité à procurer très vite une émotion intense, je peux bloquer sur un morceau de Selena Gomez ou Justin Bieber que je vais écouter en boucle pendant des semaines.

Je suis juste heureuse de pouvoir jouir de la vie. C’est ce sentiment qui dirige mon existence et me donne envie de créer de façon boulimique. 

Je suis très inspirée par ce style de musique, pourtant les sonorités de mes prods n’ont rien à voir, je serais incapable d’expliquer le processus qui me mène de l’un à l’autre. D’une façon générale, je n’ai pas besoin de vivre quelque chose d’incroyable pour en faire une chanson car je ressens au quotidien la vie comme un don extraordinaire. Un micro évènement (comme la story que j’ai vue sur Instagram pour « Volcano ») peut m’inspirer une émotion très forte, éphémère, que je vais avoir envie de retranscrire en musique immédiatement. Un garçon que j’ai vu deux fois dans ma vie peut me faire écrire un morceau super deep sur lui, cette émotion peut me quitter aussi vite qu’elle m’est venue mais je l’utilise pour créer. Je suis juste heureuse de pouvoir jouir de la vie. C’est ce sentiment qui dirige mon existence et me donne envie de créer de façon boulimique. 

Pour terminer en beauté : quels sont tes rituels et produits essentiels avant (ou après) une nuit de fête ou de travail?

J’avoue que je ne suis pas très coquette, l’intégralité de mes produits de beauté tient dans un petit tiroir. Mais j’ai bien sûr quelques rituels. Je me lave le visage au savon d’Alep. Pour le make-up mon produit phare est le touche éclat d’Yves Saint Laurent. Un hydratant bio pour les lèvres et un peu de rouge à lèvres MAC étalé au doigt. En général je ne me maquille pas les yeux. J’aime avoir l’air naturelle, j’adore les filles ultra apprêtées aussi mais je me sens plus confortable sans maquillage. Je vis toujours la fin des shootings comme une libération au moment où je peux me démaquiller ! 

Avant une fête le meilleur rituel qui soit se passe dans la tête. Rien de plus sexy et féminin que la confiance en soi (…). C’est propre à chacune, du moment qu’il y a ce sentiment qu’on peut conquérir le monde au moment de claquer la porte. 

Avant une fête le meilleur rituel qui soit se passe dans la tête. Rien de plus sexy et féminin que la confiance en soi, cette confiance peut passer par n’importe quel rituel. C’est propre à chacune, du moment qu’il y a ce sentiment qu’on peut conquérir le monde au moment de claquer la porte. 

 

Volcano – Nina Lili J from Nina Lili J on Vimeo.

Et pour suivre Nina sur Instagram, c’est ici !

 

Pauline Delsalle

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Nina Lili J. – Le feu et la classe"

avatar
300
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
trackback

[…] plus quand il s’agit d’histoires de famille écrites à 4 mains ! La musicienne Nina Lili J (portrait ici, encore merci Nina !) nous a mises sur la piste d’une saga familiale et olfactive, celle de Roos […]