P

Plumes et fleurs couture : dans les ateliers Maison Lemarié

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

À l’occasion du défilé annuel des Métiers d’Art de Chanel qui a eu lieu 4 décembre à New York, nous sommes parties à la découverte des ateliers de la Maison Lemarié et de ses trois spécialités : la plume, le camélia et la couture.

Après en avoir pris plein les yeux chez le brodeur Lesage l’année dernière , on s’est dit que le voyage au cœur des Métiers d’Art de Chanel pourrait devenir une tradition de l’Avent du Prescripteur… Puisque chaque année le défilé Chanel Métiers d’Art a lieu la première semaine de décembre, et qu’on ne risque pas de manquer de matière (26 Maisons d’Art ont été rachetées par Chanel, du bottier Massaro au bijoutier Goosens et au chapelier Maison Michel, la famille ne cesse de s’agrandir…), nous nous sommes à nouveau faufilées dans les ateliers des Métiers d’Art quelques semaines avant le défilé, cette fois chez Maison Lemarié, pour vous faire découvrir des savoir-faire aussi secrets qu’extraordinaires.  Des ateliers au podium du défilé, parcours en deux épisodes parsemés de plumes et de fleurs.

Nota bene pour les défenseurs de notre écosystème (dont nous faisons partie) : contrairement à la fourrure qui peut laisser place au débat par un manque de régulation, le commerce et l’exploitation des plumes sont régis par la Convention de Washington (1973) qui interdit l’utilisation de plumes d’animaux non destinés à être mangés. Donc tous les noms exotiques qu’on continue à utiliser « marabout, autruche » etc… Ne sont que des reproductions très bien travaillées sur des plumes de canard, de dinde ou d’oie.

 

#flashback

Maison Lemarié, c’est d’abord un plumassier, c’est-à-dire un spécialiste de la plume sous toutes ses formes. Ou plutôt une spécialiste (!) , puisque la Maison fut créée en 1880 par Palmyre Coyette, la femme de Monsieur Lemarié. Au départ elle s’était spécialisée dans les accessoires de tête pour les chapeaux notamment, mais très vite la Maison va étendre son savoir-faire au vêtement et au prêt-à-porter, qui constitue l’essentiel des commandes aujourd’hui. 

L’entreprise restera familiale puisqu’André Lemarié, le petit-fils de la fondatrice, sera présent jusqu’à sa retraite en 2003 (la Maison a été rachetée par Chanel en 1996). Le patrimoine Lemarié est donc parfaitement conservé et archivé, comme en témoigne ce magnifique échantillon tout en couleurs.

C’est d’ailleurs André Lemarié qui est à l’origine, en collaboration avec Gabrielle Chanel dès 1949, du deuxième savoir-faire de la Maison : le camélia.

Emblème Chanel, le camélia se retrouve dans chaque collection même si sa forme ou sa matière peuvent varier. Il orne les vêtements, en broche, en touche ou en all-over, mais aussi les sacs selon l’inspiration de la saison Oubliez le camélia blanc classique, chez Chanel il enfile un jean, se pare de perles ou de plumes et (bien sûr !) de tweed.

À ce jour il existe plus de 40 000 camélias Chanel, et 40 nouvelles propositions arrivent sur le bureau de Karl Lagerfeld pour chaque collection. (ça fait tourner la tête même si cette fleur n’ a pas d’odeur.. J)

La technique de fabrication du camélia, elle, est invariable : on monte d’abord le cœur, puis les rangs, 1er, 2e, 3e… vers l’extérieur. Pour un camélia simple, il faut « bouler » la fleur à la main selon une technique très précise qu’on a découverte en atelier ci-dessous… Comptez 1h30 par camélia pour une petite main expérimentée, on n’imagine même pas essayer de refaire ça chez nous…

 

Au-delà du camélia, la Maison Lemarié est aussi un fleuriste couture, avec une impressionnante collection de moules en métal qui permettent par gaufrage et découpe de reproduire des centaines de types de fleurs ou même de pétales. Encore une fois la dimension familiale de l’entreprise a permis de conserver intacts des moules du début du siècle dernier. Un régal pour les yeux (et les amateurs de modelage…et notre photographe !).

Le troisième savoir-faire de la Maison est la couture elle-même. Chez Lemarié, on ne fait pas de Haute Couture, c’est-à-dire des prouesses techniques sur des matériaux inattendus (il y a des ateliers dédiés chez Chanel rue Cambon pour ça), mais plutôt de l’embellissement :  sur un matériau ordinaire comme de la popeline de soie, on va appliquer des techniques spécifiques (volants, superpositions, plissés) qui vont créer un effet « waouh ! » et rendre le vêtement unique, ici avec une robe de la collection Chanel Croisière 2018 :

Maintenant que vous savez tout sur les savoir-faire de la Maison, on passe à l’action, et on pénètre dans le chaudron de 3 ateliers en ébullition puisque les croquis de Karl Lagerfeld pour la collection Chanel Métiers d’Art viennent d’arriver !

Dans l’atelier Plume, deux croquis attirent notre attention. L’un d’une robe au motif chevrons qui va être ENTIÈREMENT recouverte de plumes, l’autre d’une robe fendue au plastron et extrémités en plumes sur un motif égyptien complexe, l’œil d’Horus. On va voir comment les artisans Lemarié s’y prennent pour créer ces merveilles.

Les plumes sont d’abord sorties du stock où elles sont conservées dans des sacs en papier pour être passées à la vapeur, préparées, mesurées et découpées.

Elles sont ensuite collées à plat sur le patronage. Le collage des plumes au préalable, sur un ruban qui sera ensuite cousu sur le vêtement, permet des réalisations extrêmement élaborées.

 

D’où l’importance du dessin technique qui permet de mesurer les justes proportions avant de se lancer.

 

Pour la robe au motif « chevrons égyptiens », chaque plume va être peinte d’or à son extrémité selon une technique spécifique (voir vidéo). La robe entière sera constituée de 6000 plumes !!

Dans l’atelier Fleurs, on retrouve des fleurs dorées gaufrées réalisées à partir de la technique de moulage vue plus haut.

Mais aussi un fascinant échantillon de fleurs en origami réalisé à la machine selon une technique ultra précise de rotation-superposition.

Bon, on va peut-être laisser les ateliers travailler… Rendez-vous pour le deuxième et dernier épisode où vous découvrirez le défilé et l’interview de Christelle Kocher, Directrice Artistique de Maison Lemarié.

Ne manquez pas la vidéo qui détaille les différents savoir-faire des artisans Maison Lemarié sur cette collection Métiers d’Art.

Pauline Delsalle

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Plumes et fleurs couture : dans les ateliers Maison Lemarié"

avatar
300
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
charlotte
Invité
charlotte

Bonjour quelle type de colle est utilisée pour coller les plumes? Merci

charlotte
Invité
charlotte

Bonjour,

Quelle type de colle est utilisée pour coller les plumes?

Merci

trackback

[…] semaines seulement après la visite des ateliers Lemarié (voir article ici), c’est le moment tant attendu du défilé Chanel Métiers d’Art, et la fin du suspense […]