P

Poinçon 22 – La révolution de la médaille !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Poinçon 22, c’est la super marque de bijoux fondée par Jessica Mulliez qui remet au goût du jour la médaille traditionnelle : anniversaire, mariage, naissance, baptême, elles sont totalement personnalisables et s’offrent pour toutes les belles occasions. Attention, ce n’est pas n’importe quel bijou, c’est celui qu’on garde toute sa vie et qu’on transmet de génération en génération…

Tu connais bien l’univers du bijou grâce à tes précédents métiers, raconte-nous!

J’ai commencé en horlogerie chez Van Cleef & Arpels, puis je suis devenue chef de produit de la joaillerie Boucheron pendant 5 ans. J’ai vite été passionnée par le produit, le savoir-faire, l’histoire de ces bijoux et l’héritage des Maisons. J’ai toujours adoré le dessin et la créativité, alors quand j’ai réfléchi à lancer mon propre projet, j’ai tout de suite pensé à allier ma passion avec la joaillerie.

Comment as-tu eu l’idée de créer des médailles ?

Je ne pensais pas du tout monter ma boîte un jour, puis j’ai été en arrêt maladie et j’ai eu besoin de m’occuper. Alors j’ai commencé à réfléchir à la création de bijoux et j’ai remarqué qu’il n’y avait rien de moderne autour des médailles de baptême. Elles restaient très ancestrales, elles avaient besoin d’un coup de neuf ! Alors j’ai dessiné des médailles en élargissant sa fonction de cadeau de baptême à cadeau de naissance, d’anniversaire…

J’ai toujours adoré le dessin et la créativité, alors quand j’ai réfléchi à lancer mon propre projet, j’ai tout de suite pensé à allier ma passion avec la joaillerie.


Quand tu as commencé à dessiner, tu comptais déjà quitter ton travail?

Pas du tout. A la fin de mon arrêt maladie, je suis revenue chez Boucheron mais un an était passé, et je me suis rendue compte que j’avais changé et que je n’avais plus envie de ça. J’avais déjà commencé à dessiner, faire des business plans, alors j’ai décidé de quitter mon boulot pour me lancer à fond dans mon projet !

Ce nouveau projet positif et excitant a pris le dessus et m’a permis de tourner la page.

Pas forcément évident de se lancer dans l’entrepreneuriat juste après un long congé maladie !

Oui c’est vrai ! (rires) Mais ce nouveau projet positif et excitant a pris le dessus et m’a permis de tourner la page. En plus, mon mari me boostait et j’avais de super échos de mes copines, ça m’a aidée !

Quel a été ton premier modèle ?

Une médaille de baptême avec un ange et du perlé autour. Puis j’ai dessiné l’enfant Jésus, la Vierge Couronnée et la Colombe : ce sont les 4 modèles de baptême. Je me mariais la même année et je voulais aussi une médaille : alors j’ai créé la Amore avec le saphir bleu et une gravure. Aujourd’hui j’ai décliné en médaille ovale avec des initiales, en bracelets, en bagues….

Je voulais que ce soit le bijou que tu gardes toute ta vie, celui que tu vas chérir et transmettre à tes enfants. Alors j’ai choisi de ne proposer que de l’or.


Tu ne travailles qu’avec de l’or ?

Oui, c’était ma grande question au départ : est-ce que je fais des bijoux fantaisies et moins chers ou de la petite joaillerie. Je voulais que ce soit le bijou que tu gardes toute ta vie, celui que tu vas chérir et transmettre à tes enfants. Alors j’ai choisi de ne proposer que de l’or. Ces bijoux s’offrent lors d’occasions heureuse, c’est sympa de se dire qu’ils deviennent le premier maillons d’une longue histoire.

Le rythme de sortie de tes nouveautés se fait-elle au gré de tes inspirations ?

Oui, je ne sais pas si c’est très bien d’ailleurs ! (rires) J’adore rencontrer mes clientes au showroom parce qu’elles me donnent plein d’idées. Je fais beaucoup de sur mesure et m’en inspire parfois pour créer une collection, il n’y a pas de règle.

Quand as-tu ouvert ton showroom?

En mai 2017, il est situé rue Faubourg Poissonnière. J’ai voulu rendre cet endroit accueillant où les gens peuvent venir essayer les bijoux, découvrir, discuter d’une envie ou d’une idée qu’ils ont eue… Depuis peu, je propose aussi des bagues de fiançailles et de naissance sur mesure, ce sont des croquis sur lesquels le client et moi réfléchissons ensemble.

Aujourd’hui tu vends plus de bijoux sur mesure que de modèles existants ?

Plutôt des modèles existants, et tous les mois j’ai des petites commandes spéciales sur mesure, souvent sur la gamme existante qui est personnalisable. Tu crées ton propre bijou en gravant sur l’avant, l’arrière, avec des diamants, des lettres, des initiales…

Quel est le modèle qui marche le mieux ?

La Amore parce que c’est une médaille qui plaît autant à la jeune fille de 20 ans qu’à la femme de 50 ans. Je suis contente car ma clientèle est très large et ça me fait plaisir d’échanger avec elles.

Quels sont tes projets pour Poinçon 22 ?

Il va y avoir de nouveaux modèles, j’ai sorti récemment des médailles de couleur, et le projet qui me tient à cœur cette année, c’est de développer les bagues de fiançailles sur mesure. J’ai mis l’onglet sur le site et j’ai déjà eu beaucoup de demandes, je suis contente ! La pierre me manque aussi… Et va forcément m’inspirer de prochaines collections.

Pourquoi as-tu choisi “Poinçon 22” comme nom de marque ?

Le poinçon est emblématique de la joaillerie, c’est lui qui certifie que l’or que j’utilise est du 18 carat et 22 est mon jour de naissance, tout simplement !

 

 

Chloe Audiger

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des