J

Jus PAF – Rencontre dopée à la Joie avec Mélanie Merenda !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

Au cœur de l’hiver et en pleine récup’ des fêtes, on aurait bien besoin d’un booster de bonne humeur et d’énergie. La solution se trouve peut-être au fond d’une verdoyante impasse parisienne, qui abrite les jus bio PAF (pour Pressés À Froid) crées en 2016, et le projet à la fois planant et pragmatique porté par leur fondatrice, Mélanie Merenda. Portrait vitaminé d’une fille qui n’a (littéralement, voir nos photos sous 3°C) pas froid aux yeux… Ni aux idées. Surprise à la fin de l’article !

Avant de créer PAF en 2016, tu as eu plusieurs vies, notamment dans la banque et en équitation à haut niveau… Quels enseignements as-tu tiré de ces deux univers ?

C’est intéressant… On nous parle souvent du « rêve » des entrepreneurs, de leur « vision », mais le plus important, je pense, c’est la capacité d’action : Il faut d’abord savoir construire une boîte avant de construire un rêve. Je l’ai appris grâce à diverses expériences professionnelles de restructuration d’entreprise, en pratiquant l’équitation à haut niveau…Mais aussi avec mon expérience en banque chez Lehman Brothers (Mélanie y a vécu l’œil du cyclone de la crise financière en 2008 ndlr). C’est bien joli, d’avoir un rêve, mais il faut aussi être prêt à travailler beaucoup et dur pour y arriver, ne pas avoir froid aux yeux.  J’ai également la chance d’avoir des parents commerçants qui m’ont transmis ce goût du travail et cette mentalité de l’effort qui constituent pour moi la base de l’entrepreneuriat.

Quand on m’a diagnostiqué un syndrome de fatigue chronique et que je ne trouvais pas les outils pour me soigner en mangeant sainement, j’ai été les fabriquer moi-même.

Les jus PAF proposent d’aborder les jus comme une expérience double de naturopathie et de gastronomie : comment as-tu construit cette proposition ?

Déjà, je suis passionnée de gastronomie, c’est un atout ! Ensuite, je suis une énorme « geek », j’ai toujours soif d’apprendre, souvent de façon autodidacte. Donc quand on m’a diagnostiqué un syndrome de fatigue chronique et que je ne trouvais pas les outils pour me soigner en mangeant sainement, j’ai été les fabriquer moi-même (rires) ! J’ai réussi à guérir en alliant le corps et l’esprit, la nutrition au développement personnel, alors qu’au départ je n’étais pas du tout là-dedans ! Je me suis rendue compte de l’importance de l’énergétique, des effets incroyables (bons ou mauvais) de la nourriture sur le corps. Forcément j’ai eu ensuite envie de partager cette expérience d’un bien-être global avec le plus de gens possible.

Au lieu de donner des leçons, je me suis aperçue que ça marcherait beaucoup mieux si je proposais un produit qui permette de commencer à prendre de bonnes habitudes.

Mais pour vraiment partager, il fallait faire, pas parler ; au lieu de donner des leçons, je me suis aperçue que ça marcherait beaucoup mieux si je proposais un produit qui permette de commencer à prendre de bonnes habitudes. Ça ne veut pas dire changer radicalement de vie du jour au lendemain, mais au moins faire un pas dans la bonne direction : ne plus avoir mal au ventre après la cantine, choisir les aliments qui font perdre le moins d’énergie et qui au contraire en font gagner.

Les jus PAF défendent un nouvel hédonisme, celui de manger avec ses papilles et pour son corps : ils sont à la fois sains et savoureux, c’est leur force !

Chaque jus possède une couleur, un mot et une symbolique forte, à quoi cela fait-il référence ?

Notre première gamme est composée de 4 jus intitulés « Amour », « Joie », « Confiance » et « Force ». Les couleurs des jus sont respectivement vert, orange, jaune et rouge. Le but premier de ces noms et de ces couleurs, c’est de se dire des mots doux, d’apporter de la légèreté et de la douceur à chaque moment de la journée. Ces 4 jus font également référence au bouddhisme à la philosophie orientale qui distinguent 7 points d’ancrage du corps appelés « chakras ». Ils ont chacun leur couleur, qu’on a reprise pour les jus : la couleur verte correspond au chakra du cœur, d’où le nom « Amour » par exemple. Aujourd’hui, on a 12 jus donc plus assez de chakras ! On a donc poursuivi avec la symbolique des couleurs.

 

Les emballages aussi ont une signification ?

Oui, leurs proportions respectent la géométrie sacrée, le nombre d’or qu’on retrouve partout dans la nature. En fait, on essaie d’apporter le meilleur de la nature sous tous ses angles à l’expérience consommateur.

Le projet n’est pas du tout de devenir gigantesque à la Steve Jobs, mais de faire du mieux qu’on peut là où on est.

Faire de la qualité plutôt que de la quantité ?

Exactement ! Chez PAF nous proposons une expérience totale avec une approche holistique du produit. Le projet n’est pas du tout de devenir gigantesque à la Steve Jobs, mais de faire du mieux qu’on peut là où on est.  C’est une vision de l’écosystème. Le rêve égotique est révolu, notre siècle est celui de l’entraide.

Est-ce que selon toi il serait possible dans un avenir proche de supprimer partiellement ou totalement la consommation de produits chimiques en tout genre (aliments, médicaments) grâce à un mode de vie sain ?

On ne fait pas encore la différence entre la recherche de la pleine santé et la non-maladie, et pourtant il y a un abîme d’énergie entre les deux ! Les médecines douces permettent d’atteindre la pleine santé alors que la médecine allopathique se concentre sur la maladie, et définit la santé comme la « non-maladie ». Je trouve que vivre comme ça c’est insuffisant. Par contre, j’aimerais souligner l’importance de la complémentarité des deux médecines. Lorsque j’ai eu un traumatisme crânien, j’étais bien contente d’être soignée à l’hôpital. A chaque médecines ses maux et ses remèdes.

Comment peut-on arriver à cela en France ?

Il faut éveiller les gens à leur rythme, c’est un travail de fond et collectif, que mènent actuellement beaucoup d’entrepreneurs, mais aussi de thérapeutes orientés vers le mieux-être; si on avance là-dessus main dans la main je suis persuadée qu’ il y aura une prise de conscience progressive mais efficace de ce qui est vraiment bon pour nous, d’un bien-être global qui nous permettra de gagner de l’énergie à tous les niveaux.

Tu as souhaité pousser le concept de PAF le plus loin possible, en alliant ingrédients bio et emballages recyclables, comment as-tu mis cela en place ?

Mon credo c’est : « en vrai dans la vraie vie ». Et avec les jus c’est pareil, « en vrai dans la vraie vie » on fait du mieux qu’on peut avec ce qu’on a ! Nous n’avons pas pu fabriquer de bouteilles en verre, parce que la pression appliquée est trop élevée pour le matériau, donc on a fait une bouteille à 50% de plastique et 100% recyclable, contre l’usage unique !

Pour les ingrédients, aucune concession, ils sont 100%bio ! Cela vient d’une conviction personnelle : je préfère payer un peu plus cher et savoir ce que mon corps ingère, ; au final j’aurai aussi moins faim car je mangerai plus sain, les composants industriels n’aident pas à réduire notre appétit…Quand on mange un hamburger-frites dans un fast-food, on a encore plus faim ensuite car notre corps a utilisé toute l’énergie du repas, et même plus, pour les digérer !

Quand on mange un hamburger-frites dans un fast-food, on a encore plus faim ensuite car notre corps a utilisé toute l’énergie du repas, et même plus, pour les digérer !

Loin de la machine à jus encombrante, tu as souhaité parler aux femmes pressées, quels sont les arguments des jus PAF pour celles qui n’ont pas forcément le temps de passer en cuisine ?

À Los Angeles, je me suis rendue compte que des magasins comme Whole Foods proposaient des jus en accès libre avec des cures hebdomadaires simples, on prend le pack et hop ! on a ce qu’il faut pour la semaine. J’ai voulu proposer cette expérience avec une contrainte supplémentaire double pour nos jus : être à la fois délicieux et pratiques à transporter. J’ai également souhaité épargner la corvée d’être en cuisine 2-3h le dimanche pour faire ses jus de la semaine avec la bonne vieille machine à jus ! Nos jus se conservent 15 jours au réfrigérateur, cela leur permet d’être à la fois un produit du quotidien et la pierre angulaire d’un mode de vie sain.

Nos jus se conservent 15 jours au réfrigérateur, cela leur permet d’être à la fois un produit du quotidien et la pierre angulaire d’un mode de vie sain.

On peut déraper quand même de temps en temps ?

Je suis la première à le faire, la règle essentielle, c’est l’amour de soi ! Il ne faut pas se culpabiliser, vouloir à tout prix maigrir par exemple quand on fait une cure de jus, dans ce cas on est « contre soi » et c’est peu voire pas efficace. Et faire une cure de jus n’est pas une excuse pour ensuite manger n’importe quoi, il faut en avoir conscience…

Et enfin il faut savoir que les craquages sont souvent d’ordre émotionnel, il y a un travail à faire sur les émotions grâce à la méditation, à la respiration…Pour être bien dans tes baskets et dire (presque) adieu au pot de Nutella !

 

La règle essentielle, c’est l’amour de soi ! Il ne faut pas se culpabiliser, vouloir à tout prix maigrir par exemple quand on fait une cure de jus, dans ce cas on est « contre soi » et c’est peu voire pas efficace.

Quelles sont les 3 règles d’or pour consommer tes jus ?

1 – Ne pas les consommer trop froid.

2 – Les jus sont mieux assimilés en dehors ou avant un repas. Sinon ils sont mélangés au bol alimentaires et diluent les sucs digestifs.

3 – Avec PLAISIR !!

Comment arrives-tu à conserver un lifestyle healthy au quotidien malgré tes journées très chargées ?

J’essaie de manger suffisamment de bonnes choses pour ne pas avoir envie de me lâcher sur les mauvaises, de prendre des bonnes habitudes qui me mèneront à des craquages « raisonnables ».

Et quand je craque j’essaie de craquer bio, sur des cookies bio sans gluten par exemple, ça reste des cookies mais sans les « mauvais » effets des sucres raffinés industriels. Je suis aussi fan du chili con veggie et des plats préparés qu’on trouve en magasins bio et qui sont tout à fait recommandables et délicieux ! « En vrai dans la vraie vie » on ne peut pas passer son temps en cuisine…

Ton rituel ou ton produit de beauté préféré ?

Mon rituel beauté, c’est oil pulling et tongue scraping (un bain de bouche aux huiles bio suvi d’un brossage de la langue ndlr).

Et mon rituel bien-être de fond est bien sûr d’ordre alimentaire, manger ce qui me convient vraiment, c’est-à-dire : pas de viande, pas de gluten, pas de produits laitiers et peu d’alcool. Ce n’est pas facile, mais le retour sur investissement est énorme!

Quels sont les projets à venir pour les jus PAF ?

Nous venons de lancer une nouvelle identité graphique qui réaffirme nos valeurs et met en avant la qualité de nos produits avec une refonte du site et deux nouveaux jus, Intuition et Chance, que je vous invite à découvrir ! (ndlr : testés et délicieusement approuvés par l’équipe sur place) Nous sommes passés de 4 à 12 jus en une année, et nous prévoyons également des gaspachos pour cet été. Tout ça en conservant une équipe à taille humaine, et surtout la philosophie qui guide le projet. Namasté !

PAF a une surprise pour vous !

 

Avec le code PLABPAF19 bénéficiez de -15% sur tout le site PAF (hors coffret découverte), valable du 8 au 31 janvier 2019.

 

Pour en savoir plus :

https://lesjuspaf.bio ! Et pour les suivre, c’est ici : @lesjuspaf

 

Categories
Pauline Delsalle

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Jus PAF – Rencontre dopée à la Joie avec Mélanie Merenda !"

avatar
300
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Sophie Gomez
Invité
Sophie Gomez

Super article et super fondatrice ! bravo les jus PAF et bravo le prescripteur