S

Savoar Fer : l’alliance de fringues modernes et de savoirs-faire d’antan 

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

 

Créer des fringues résolument modernes avec des savoirs-faires d’antan comme le point de croix, c’est le concept de Savoar Fer, une jeune marque qui bouscule l’image de ces techniques classiques associées trop souvent à des objets désuets. On est allées à la rencontre d’Eliane, la fondatrice, dans son atelier parisien…

D’où t’es venue l’idée de créer ta propre marque ?

J’y ai toujours pensé. Après avoir travaillé pendant deux ans pour Lutz Huelle à Paris, j’ai voulu avoir une autre vision de la mode et de son système, je suis partie au Pérou. Là-bas, je me suis rendue compte que certains savoir-faire étaient en train de disparaître car les produits fabriqués grâce à eux ne sont pas assez contemporains. J’ai alors créé une petite collection capsule de pochettes et d’accessoires là bas. Ça été le début de Savoar Fer !

Pourquoi avoir choisi de mixer ce style moderne à des savoirs faires très classiques ?

Je me suis rendue compte que certains savoirs-faire ne sont plus présents dans notre quotidien. J’ai voulu les remettre en avant en travaillant avec des pièces modernes comme le denim, matière très contemporaine qui ne perds pas de sa valeur en vieillissant. Un savoir faire c’est comme une langue, on peut dire ce qu’on veut : un point de croix ça peut être pixelisé, ça peut être plus qu’un oreiller avec une broderie dessus. Mon but c’est de voir le potentiel d’une technique considéré comme “démodée” et de la réinventer. Je veux montrer qu’on peut regarder quelque chose qu’on connaît très bien d’une manière différente.

Quelles sont les valeurs que tu souhaites transmettre à travers ta marque ?

Montrer qu’on peut changer la perception d’une technique ou d’un savoir faire tout en faisant attention à ne pas jeter les matières premières. On fait beaucoup de upcycling, c’est à dire qu’on récupère des matériaux ou des produits dont on n’a plus l’usage afin de les transformer en produits de qualité supérieure. Notre dernière collection c’était autour du thème de la réparation : aujourd’hui les pièces perdent en valeur dès qu’elles ont un trou ou quelque chose à réparer, on a moins tendance à racommoder. Je souhaite montrer que même en reprisant on peut rajouter de la valeur. Par exemple, on a travaillé sur une chemise, on a changé les boutons et brodé par dessus. On réintègre ce qui existe déjà en transformant le produit.

Par quoi ton travail est-il influencé ?

Mon père est architecte, je travaille avec lui depuis que j’ai 18 ans. J’ai grandi avec cette manière de construire, ce côté graphique, cette connaissance des matériaux .. Paris aussi m’influence car ce n’est pas ma culture donc j’y vis beaucoup plus activement. Il y a ce mélange avant-gardiste, d’art contemporain mêlé de savoir faire, c’est un vrai mouvement, une nouvelle vague d’artisans, Paris c’est particulier pour la mode et j’aime bien cette friction entre ces deux mondes. 

Comment choisis-tu tes collaborateurs ?

Je marche au coup de coeur : je rencontre quelqu’un et  je vois que c’est évident de travailler avec, il y a une connexion. Pour moi, le plus important c’est de pouvoir expérimenter en se sentant à l’aise. Sur les étiquettes des vêtements je mets toujours le nom de ceux avec qui je travaille car l’artisan va aussi apporter sa touche personnelle.

Où peux t-on retrouver tes vêtements ?

Dans des concept stores à Séoul et en Suisse ! J’ai également un e-shop et beaucoup de personnes me contactent directement via Instagram pour acheter une pièce qu’ils auraient vu sur mon feed.

As-tu un modèle iconique qui serait pour toi la pièce à avoir ?

Une veste en denim ! J’en ai une dans chaque collection, que je revisite à chaque fois avec un nouveau savoir-faire. Pour moi c’est un classique.

Aujourd’hui, quels sont tes projets pour le futur de ta marque ?

En septembre je sors une ligne de vêtements 100% upcycling, avec un travail fait à la main sur chaque pièce, qui sera donc unique.. J’aimerais faire des collaborations avec des marques car Savoa Fer c’est avant tout une manière de penser, même si c’est aussi un style. J’aimerai bien plus tard élargir la gamme à des chaussures, bijoux et accessoires mais on va avancer pas à pas. 

Je lance aussi à la rentrée une collaboration Savoa fer x La Redoute composée de cinq pièces iconiques : un trench coat, une veste, un tee-shirt, une chemise et une jupe !

 

Pour découvrir l’univers de Savoar Fer direction l’instagram de la marque https://www.instagram.com/savoarfer/?hl=fr

 

Aliénor de Perier

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des