S

Sonia Rolland : rien ne peut m’arrêter aujourd’hui !

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

En 2017, Sonia Rolland était en couverture du Prescripteur.  Vous la connaissez aussi pour son titre de Miss France 2000, en tant que Léa Parker sur M6 ou en tant qu’égérie Mixa et plus récemment Guerlain aux côtés d’Angelina Jolie. 2 ans et demi après, nous l’avons retrouvée à l’occasion de son rôle dans Tropiques Criminels diffusé sur France 2 depuis vendredi dernier pendant 4 semaines !! Rencontre avec une femme audacieuse qui sait ce qu’elle veut.

Nous t’avions rencontrée en 2017, tu étais en train d’écrire le script de Femme du Rwanda. Que s’est-il passé depuis ?

On a tourné ce documentaire car on a obtenu 64% de femmes au Parlement du Rwanda. Ce résultat est incroyable, il fallait filmer le fait que ça y est, les femmes prennent enfin part aux décisions importantes au Rwanda.

Comment s’est passé ta rencontre avec le cinéma ? Suite à ton élection Miss France ?

Je m’étais présentée à l’élection de Miss France pour devenir actrice car je savais que je voulais l’être depuis toute petite. Cela m’a à la fois aidée et compliqué la tâche car on me ramenait toujours au statut de Miss France.

On m’a repérée alors que je jouais sur un terrain de baskets : à l’époque, j’étais un garçon manqué et je n’avais jamais porté de talons ! Tout semblait infaisable, ma mère ne le voyait pas d’un bon oeil car j’avais pas mon bac en poche, j’étais d’origine africaine et je représentais la Bourgogne… Mais mon père, lui, y croyait vraiment et m’a encouragée ! Lorsque je suis devenue Miss France, je me suis rendue compte que je devenais aussi un personnage public et qu’il me faudrait une sacrée détermination pour devenir comédienne, d’autant plus que à cette époque aucune personne afro n’était représentée au cinéma.

Photo ©Sylvie Castioni/FTV

Tu joues dans la série Tropiques Criminels diffusée depuis vendredi dernier sur France 2, tu peux nous faire un résumé ?

C’est l’histoire de Mélissa, une enquêtrice d’origine martiniquaise qui se retrouve malgré elle cheffe d’une section crime sur une île où elle n’a jamais mis les pieds. Gaëlle qui est là bas depuis son enfance, est directe et indépendante. Elles vont devoir travailler ensemble pour rendre justice sur l’île tout en apprenant (ou non) à s’entendre ! (rires) C’est très comique, on a beaucoup ri, et heureusement car le rythme était éreintant. On a commencé à 4h du matin pendant 80 jours de tournage ! Je rentrais vers 19h, j’apprenais mes textes et j’allais direct me coucher !

Quand j’avais 20 ans je me détestais car j’avais l’impression que mon corps était un objet et qu’il n’avait d’utilité que pour le marketing.

En 2000, tu avais déclaré que le passage en maillot de bain au concours Miss France en 2000 avait été difficile à vivre. Aujourd’hui tu sembles plus épanouie que jamais, qu’est-ce qui a changé dans ton rapport avec ton corps ?

La maturité et le lâcher prise qui résultent surtout de mes enfants. Quand on a un enfant, ça abime le corps, il faut l’accepter. J’ai commencé à aimer mon corps quand j’ai su que j’étais enceinte car accueillir un enfant, c’est offrir son corps à quelqu’un qui a besoin de nous. On arrête d’être obsédée par nous même, on est dans le don.

Miss France été violent pour moi car je me suis retrouvée en maillot de bain devant 15 millions de spectateurs alors que quelques mois auparavant j’étais encore un garçon manqué qui jouait au basket. Quand j’avais 20 ans je me détestais car j’avais l’impression que mon corps était un objet et qu’il n’avait d’utilité que pour le marketing. Je n’étais pas heureuse au fond de moi ! Quand j’ai eu mes enfants, je me suis sentie utile et aujourd’hui mon corps est heureux, même s’il n’est pas parfait, de toute façon je ne cherche pas à ce qu’il le soit !

Photo ©Sylvie Castioni/FTV

Tu as continué le basket  ?

Je reste très sportive car ça me fait du bien pour évacuer le stress. En revanche je n’ai pas touché à un ballon depuis très longtemps. Je fais du sport en salle avec une coach pour le mental, la rigueur et la discipline.

Tu as désormais plusieurs films et rôles,  une couronne de Miss France et des engagements humanitaires à ton actif. Comment voies-tu l’avenir ?

Je ne lâche rien. J’ai pitché une fiction que je verrais bien sortir à la télévision sur l’histoire d’une candidate à Miss France un peu particulière, j’aimerais le réaliser !

Je suis aussi en train d’écrire un film et un documentaire, et puis si il y a une saison 2 de Tropiques Criminels, cela va très vite arriver. Rien ne peut m’arrêter aujourd’hui !

Photo ©Sylvie Castioni/FTV

 

Categories
Aliénor de Perier

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des