V

Vanille Clerc : « Mon déclic m’est venu d’une histoire d’amour »

Coucou c’est nous !


Le Prescripteur, c’est le magazine féminin créé par Prescription Lab pour vous parler beauté sans niaiserie, mode sans complexe et vous présenter des femmes et des hommes sans limite !

S’abonner au Prescripteur papier


Recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres Le Prescripteur glissé dans la box beauté Prescription Lab !

 

Fille de Julien Clerc, Vanille a décidé de suivre le chemin de son père suite à un déclic provoqué par une aventure amoureuse. Elle a sorti en Juin son premier album, Amazona, inspiré de ses voyages entre le Brésil et l’Inde, un album qui sent bon le soleil et qui nous parle de ruptures amoureuses, du divorce de ses parents, en toute simplicité. Rencontre.

D’où t’es venu ton déclic pour la musique ? Que représente pour toi la sortie de ce premier album après des années de travail ?

 

Mon déclic est venu de l’amour bien sûr !! J’ai vécu une grande passion avec un guitariste qui m’a poussée à commencer la guitare, une envie enfouie en moi depuis longtemps. C’est ensuite grâce à l’écriture et la composition que j’ai décidé d’en faire ma vie. La sortie de cet album est pour moi un grand bonheur et une fierté étant donné qu’il me colle à la peau musicalement, cet album c’est vraiment moi.

Que t’apporte la musique dans la vie ?

La musique me protège de l’ennui. Partout où je vais, j’emmène ma guitare pour composer ou simplement jouer des chansons que j’aime. La musique adoucit les moeurs et me permet de m’ancrer dans le moment présent, comme le yoga ou la méditation pour d’autres.

Tes textes semblent inspirés de ton entourage, de ta vie… Par exemple dans “Suivre le soleil” tu parles de Paris, de sa grisaille et de l’importance de suivre le soleil… Tu rêves un jour de quitter la capitale ?

  J’avoue que je la quitte déjà dès que j’ai 5 minutes !! Je vais beaucoup me ressourcer sur les bords de la Dordogne où j’ai de la famille. J’aime la nature et j’ai la main verte, je me vois totalement m’installer à la campagne ou au bord de la mer.

Dans “l’enfant de l’amour” tu  évoques clairement le divorce de tes parents “Suis-je le fruit de la passion qui dure, suis je le fruit d’une déchirure ?”.Qu’as-tu voulu exprimer au travers de cette chanson ?

 Cette chanson, je l’ai écrite pour tous les enfants de parents séparés qui se sont aussi posés cette question. Je sais que c’est une grande douleur , un rêve qui s’effondre quand les familles se délitent mais j’ai écrit ce texte aussi pour que chacun se rappelle qu’il est né de l’Amour même si celui-ci n’a duré qu’un temps.

J’ai écrit ce texte aussi pour que chacun se rappelle qu’il est né de l’Amour même si celui-ci n’a duré qu’un temps.

Tu parles beaucoup d’amour, de solitude aussi, avec des textes parfois sombres mais toujours accompagnés  « d’une musique gaie », pourquoi ce contraste ?

Ce contraste est pour moi primordial car il représente le Vie. La Vie est un cadeau mais elle est souvent semée de regrets, de pertes ou d’échecs ; cultiver la légèreté et relativiser sont, selon moi, indispensables pour tenter d’atteindre le bonheur. C’est pour cela que j’essaye toujours d’enrober mes textes de musiques gaies ou rythmées.

cultiver la légèreté et relativiser sont, selon moi, indispensables pour tenter d’atteindre le bonheur.

Tu as beaucoup voyagé, Inde, Brésil : que t’ont apporté ces expériences ?

Ces voyages m’ont beaucoup inspirée sur le plan musical. La grande nature que j’ai pu voir en Inde ou au Brésil, ces immensités vertes de forêt tropicale donnent envie de chanter, de créer, de composer. Sortir de sa routine est pour moi très stimulant artistiquement. Ces expériences ont aussi cultivés ma curiosité de l’autre et fait rencontrer des personnes à l’autre bout du monde au destin peu commun !

N’est-ce pas trop compliqué de se lancer en étant la fille d’une célébrité ? Ton père t’a encouragée ?

 

C’est vrai qu’on a l’impression d’être plus attendue au tournant qu’un autre, ce qui peut déstabiliser, mais c’est pour moi une immense chance d’être la fille de mon père car il m’a élevée dans un milieu artistique avec une grande ouverture d’esprit. Au début, il était très inquiet pour moi, mais il m’a vue faire mon chemin seule, en écrivant et composant mes chansons, puis en jouant dans les bars et petits clubs parisiens. Je pense que ça a été une bonne école pour moi.

Au début, il était très inquiet pour moi, mais il m’a vue faire mon chemin seule

 Justement, tu as écrit un titre avec ton père, “là-haut”. Cela représente quoi pour toi ?

J’ai écrit ce texte pour ma grand-mère maternelle qui était ma personne préférée. Elle adorait mon père, je lui ai donc demandé de composer une mélodie sur mes mots, et cela représente pour moi un très bel hommage à une personne que j’ai aimée énormément.

As-tu des titres qui dorment dans tes tiroirs pour la suite ?

 Je suis en ce moment entrain de me remettre à l’écriture ! J’ai quelques chansons abouties déjà…

Quel est l’artiste avec lequel tu rêves de faire un duo et pourquoi ?

Avec Seu Jorge, superbe artiste brésilien qui rencontre un grand succès en Europe.  Un duo français / portugais serait magnifique ! J’aime aussi beaucoup chanter en portugais (j’ai d’ailleurs enregistré mon album au Brésil) et nous avons beaucoup d’influences musicales en commun avec Seu Jorge, Joao Gilberto et Gilberto Gil entre autres.

Quels sont les coups de cœur de ta playlist actuellement ?

 J’aime beaucoup « tenemos todo » de Mathieu Deslongchamps qui vient de sortir son premier ep parfait pour l’été. La chanteuse espagnole Rosalia me plait aussi dans son mélange de grande modernité et de flamenco traditionnel.

 

Categories
Aliénor de Perier

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
300
  Subscribe  
Me notifier des